Entête
Rechercher
Galerie photo
Veuillez patienter,
chargement en cours
Présentation
Webmaster
Lettre d'informations
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre
lettre d'informations
nb : pas besoin d'être membre pour vous inscrire
S'abonner
Se désabonner
Question anti-spam :
nb1   plus   nb2   egal

news.gifNouvelles

Pour ouvrir ou fermer un regroupement de nouvelles (ligne marron clair), cliquez sur le signe '+' (ouvrir) ou '-' (fermer)
Pour ouvrir ou fermer une nouvelle (ligne marron foncé, cliquez sur son titre


DéplierAmérique du Sud - 3 nouvelles par monTdM du 03/09/2016 au 12/08/2017

Passage du Panama vers la Colombie - par monTdM le 16/06/2016

DéplierAmérique centrale - 4 nouvelles par monTdM du 09/03/2016 au 10/05/2016
FermerMexique - 6 nouvelles par monTdM du 19/06/2015 au 28/02/2016

Basse-Californie - par monTdM le 23/06/2015

Imprimer

Itinéraire Cliquez pour mieux voir l'itinéraire du 30/04 au 21/06/2015 correspondant à cette nouvelle

Je me lève avec le soleil un peu avant 6 heures, il ne fait que 13°C mais une heure plus tard au moment de partir c'est déjà monté à 26°. J'arrive dans une zone montagneuse, la route longeant la mer. Je croise plusieurs urubus en vol puis posés en train de se régaler d'un animal écrasé. Il y a d'autres oiseaux qui se comportent comme des rapaces (tournant à plusieurs dans de grandes spirales), des frégates.

Guadalupe3
Cliquez ici pour charger les 16 photos
(Montagnes, plages, oiseaux, coquillage,
bivouac, cloporte, poisson, lézard)
Je m'arrête tôt et bivouaque près de la mer. Alors que je travaillais dans la voiture en ayant ouvert toutes les portières, une dizaine de grosses guêpes arrivent et y pénètrent. Après avoir réussi à sortir sans dommages, j'arrive à les faire partir après avoir fermé toutes mes portières pour leur faire comprendre qu'elles sont dans un lieu sans issue (et aussi pour éviter que d'autres ne rentrent) et qu'elles se seront un peu essayées contre mes vitres. J'aperçois un beau lézard jaune et noir, quelques cloportes vivant sur des rochers abandonnés par la marée et une belle carcasse de poisson hérisson.

J'arrive à San Felipe. Pour la suite mon GPS ne m'indique qu'une toute petite route, probablement une piste peut-être impraticable, longeant la mer de Cortez. L'autre solution serait de faire un très gros détour vers le nord-ouest avant de redescendre sur la côte ouest. Je demande dans une station service mais ils ne parlent qu'espagnol et ne me comprennent pas. Je fais le plein de diesel car je vais finalement tenter la piste le long du golfe, au pire je ferai demi-tour, sa longueur jusqu'à la route principale de la péninsule me permettant de faire le trajet deux fois. Après une section goudronnée en assez bon état je me retrouve sur une chaussée toute neuve, elle ne suit même plus le tracé de mon GPS car de nombreux virages ont été supprimés et j'avance beaucoup plus vite que prévu. Mais elle n'est pas terminée, les 35 derniers kilomètres sont dans des montagnes et cela devient une piste qui grimpe lentement puis redescend.

Guadalupe4
Cliquez ici pour charger les 15 photos
(Montagnes,
faune et flore de bord de mer et de désert)
Après avoir rejoint l'axe principal, je traverse une zone magnifique remplie d'une "forêt" de grands cactus. Il n'y a malheureusement pas d'endroit pour s'arrêter, la route est très mal conçue et dangereuse, les voies ont une largeur inférieure à la normale faisant que deux camions se croisent de justesse et il n'y a aucun accotement alors que la route est en remblai. Je patiente jusqu'à la seconde surlargeur, la première étant occupée. Il y a beaucoup moins de cactus mais plusieurs plantes me plaisent et je déambule pour prendre quelques photos.

Tout à coup un colibri s'approche, il passe d'un arbre à l'autre en me tournant autour et j'arrive à le prendre en photo en plein vol : la luminosité est parfaite, les photos sont prises au 1/500ème de seconde mais les ailes sont floues, elles vont à une cadence infernale faisant d'ailleurs un bruit de ronronnement très puissant. Je retourne à la voiture pour prendre ma caméra mais à mon retour il a disparu. Je me dis qu'il a peut-être traversé la route alors je fais de même et je tombe sur de splendides cactus en fleurs. Je recroise un colibri, peut-être le même mais il s'éloigne vite avant que je puisse filmer.
Je fais un crochet jusqu'à la baie des anges. Encore deux arrêts ponctués de belles fleurs, certaines sur des plantes formant de grandes lignes au sol. A deux ou trois endroits la route a été emportée par des crues dans des canyons maintenant complètement secs et la route se transforme en piste pour atteindre l'autre rive.

La baie des anges est une des portes d'entrée pour les îles du golfe de Californie. Mais on est le premier mai, le centre d'accueil des visiteurs est fermé et le lendemain également car c'est le week-end. On peut normalement voir plusieurs espèces de baleines et dauphins mais sur le port rien ne semble être organisé. Je ne resterai donc qu'une journée à observer quelques oiseaux en train de pêcher, notamment une magnifique aigrette bleue : elle n'est d'ailleurs pas effrayée par ma présence et me laissera l'approcher d'assez près (7 ou 8 mètres). A plusieurs reprises de nombreux poissons sautent au dessus de l'eau (voir photo). Je verrai aussi de très nombreux crabes, la plupart sont très petits (un centimètre) mais certains dépassent les 10 cm. Un colibri s'approche à deux mètres de moi, me regarde en faisant du surplace et repart loin dans les cactus, tout cela trop rapidement pour une photo. Enfin je suis impressionné par le nombre de coquillages sur la plage.
Anges
Cliquez ici pour charger les 15 photos
(Végétation du désert, crabes, aigrette bleue)

En reprenant la route, je veux refaire le plein de diesel. Mais la première station n'accepte pas les cartes de crédit, la seconde théoriquement oui mais après trois essais, on conclut que le lecteur ne veut pas de la mienne. Je n'ai pas assez de liquide, la pompiste ne parle qu'espagnol comme les quelques autres clients qui passeront dans les minutes suivantes. Je comprends quand même qu'il n'y a aucun distributeur de billets en ville. Et je viens de manger dans un hôtel restaurant mais qui n'acceptait pas non plus les cartes. La situation semble donc un peu bloquée jusqu'à ce que la pompiste me fasse comprendre que je dois monter dans une voiture déglinguée de deux jeunes. Pendant un temps je me dis qu'ils m'emmènent peut-être à un poste de police mais tout va bien, ils s'arrêtent devant une petite supérette qui accepte ma carte. On retourne à la station et donne le ticket de la transaction à la pompiste. Elle me fait un grand sourire, me remercie chaleureusement et veut même m'offrir des oranges que je refuse. Tout s'est bien terminé mais je regrette d'avoir complété mon réservoir ici car il m'en restait assez pour aller jusqu'à la grosse ville suivante et la qualité à cette station était déplorable (d'une manière générale le diesel au Mexique est de mauvaise qualité, avec des consommations de 1 à 2 litres supérieures à la normale mais là ce sera presque 3 litres de plus).

Mon GPS me fait prendre ensuite une diagonale, une piste en assez mauvais état et très poussiéreuse. Mais je suis surtout ralenti du fait qu'à contresens je croise de très nombreux VTT, une course ayant été organisée malgré la chaleur. A un moment donné un cycliste me fait signe, il a soif alors je lui donne deux tasses d'eau. Il n'y a aucun spectateur, je suis le seul en dehors des organisateurs à voir leur souffrance alors à chaque fois que j'en croise un, outre le fait que je m'arrête pour éviter de leur envoyer de la poussière, je leur fais des signes d'encouragement du style pouce levé ou même applaudissements et la plupart me remercient : quand je pratiquais de la course à pied, je savais apprécier ce type de gestes alors je me dois de faire pareil. Plus loin je croise un organisateur qui a vu la plaque de ma voiture et avec qui je discute quelques minutes car il est déjà venu en France et il a l'air content que je sois là. J'arrive à une ancienne mission du XVIIIème siècle avec une église assez simple mais pas dénuée d'intérêts. La place devant la mission fait office de point de ravitaillement pour la course. J'ai cependant atteint les derniers participants alors je peux enfin rouler : je viens de faire 36 km à 16 km/h de moyenne, je ferai les 36 km restant à... 26 km/h, soit un total de 3 heures 30 pour faire ces deux sections ! A l'arrivée je ne vois strictement rien dans ma lunette arrière, un sable très fin s'étant déposé dessus mais quelques coups de brosse le feront vite partir.

VTT, mission, balbuzards pêcheurs Juste avant d'arriver en Basse Californie du Sud, sur un haut poteau au bord de la route sur lequel a été installé un cageot, il y a un nid fait de branches, cordes et toiles de jutes dans lequel se trouve deux beaux balbuzards pêcheurs.

A la frontière de l'État, j'ai droit à un contrôle sanitaire "poussé" : j'ai des oranges et des avocats alors je dois subir contre l'équivalent d'un peu moins de 2 euros une "désinfection" de la voiture, un simple jet sous le chassis : pas bien sûr que cela soit vraiment efficace mais c'était moins cher que lors de mon arrivée au Canada.

Je m'arrête une semaine à Guerrero Negro, porte d'entrée d'un sanctuaire de baleines classé à l'Unesco car lieu d'hivernage de cétacés mais aussi de nombreux autres animaux marins. Les baleines ne sont cependant présentes que de janvier à début avril donc c'est trop tard pour en voir. Malgré cela je n'aurai aucun regret car on me dira par la suite que les espèces de baleines normalement présentes sont très craintives, qu'elles ne se laissent que rarement approcher et donc qu'on ne voit souvent rien ou de très loin. Je me contenterai donc des baleines vues au Canada.

L'accès au lagon est privatisé, une énorme société d'exploitation de sel marin avec barrières et gardiens empêche d'y aller et même de le voir ne serait-ce que de loin. Mais il y a autour de celui-ci des îles étonnantes formées uniquement de dunes de sable.
Guerrero
Cliquez ici pour charger les 13 photos
(Dunes, sel, coyote, carapace, oiseaux)

Ayant pris une petite piste, je ne me suis pas rendu compte que je bivouaquais la première nuit dans une zone interdite au public. Plusieurs voitures passeront près de moi mais sans qu'aucune ne s'arrête et ne me dise quelque chose. Je change cependant d'endroit pour les nuits suivantes, près d'une plage bien fréquentée en oiseaux mais je verrai aussi un coyote et deux grosses carapaces de tortue.

Lagon de San Ignacio Je quitte le secteur un jour de grand vent soulevant beaucoup de sable.

Le sanctuaire de baleines est composé d'un second lagon plus au sud alors je m'y rends d'abord par l'ouest. Il est très grand et forme de ce côté une énorme plage d'où on voit à peine l'eau. Mais la mer doit la recouvrir de temps en temps car il a de nombreuses empreintes de coyotes bien visibles dans le sable.
J'arrive à San Ignacio, un des deux points de départ pour des visites guidées de grottes avec des peintures rupestres classées à l'Unesco. La ville est un contraste étonnant car construite dans une ancienne zone volcanique et dans une oasis avec de nombreux palmiers. Il y a une très belle église du XVIIIème siècle.

On est samedi et il est un peu tard, l'agence qui organise des expéditions est fermée. Sur la place du village un jeune couple visiblement de touristes attend sur un banc : je les aborde pour savoir s'ils sont venus aussi pour les peintures car étant seul, je ne suis pas sûr de pouvoir voir les grottes et donc j'espère m'insérer dans un groupe. Contre toute attente la jeune femme me répond en français, cela fait deux ans qu'elle vit au Canada, elle s'est achetée une voiture là-bas, l'a équipée et elle voyage un peu comme moi. Son compagnon est un américain rencontré pendant son périple, ils vont descendre jusqu'à La Paz mais assez vite car la visite des grottes est chère donc ils ne vont pas aller les voir. On passera une excellente soirée tous les trois ensemble à manger et discuter dans un coin isolé de l'oasis.
San Ignacio
Cliquez ici pour charger les 10 photos
(Caractéristiques de San Ignacio,
rapaces, coyote, coucher de soleil)

Le lendemain l'agence est toujours fermée alors pour patienter je descends côté est du lagon : encore des oiseaux notamment de magnifiques rapaces et encore un coyote.

Quand j'arrive à l'agence un homme m'explique qu'il y a trois grottes à voir, l'une en 5 heures, l'autre en 8 heures et une dernière sur 3 jours avec des mules. Il m'indique les tarifs pour les deux premières, 60 dollars US chacune si on est plus de 4 personnes ou 80 dollars pour 2 ou 3. Comme je suis seul, je lui demande s'il a des réservations mais rien pour le moment. Par contre il m'indique que le prix inclut le transport depuis San Ignacio et un repas mais que je peux m'inscrire directement au bureau officiel qui me réservera un guide et je pourrai y aller avec ma propre voiture. Je le remercie et vais donc à l'agence gouvernementale où je paie deux billets, deux droits de photos et où je réserve deux guides tout cela pour 25 euros.

Sierra Je commence tout de suite par la grotte près de San Francisco de la Sierra. La route est en excellent état au début et même neuve sur la seconde partie mais devient une piste assez mauvaise sur les 6 derniers kilomètres lorsqu'elle traverse de belles gorges. J'arrive devant la grotte, cachée derrière des clôtures. Elle est isolée, il n'y a personne qui vit autour alors je fais demi tour jusqu'à une ferme où on m'indique que le centre d'accueil où je trouverai mon guide se situe au delà de la grotte.

Je reviens avec lui, un très vieux mexicain ne parlant qu'espagnol. La grotte s'appelle "la souris" car une des peintures a été prise pour une souris lorsqu'elle a été découverte mais maintenant tout le monde s'accorde à dire qu'il s'agit d'un puma. Les peintures sont datées entre 10 000 et 2 000 ans, elles sont très grandes, certaines mariant plusieurs couleurs, il y a de nombreux hommes et animaux parfois se superposant.
Je ramène mon guide, le paie puis retourne me garer près du canyon car j'ai repéré de loin un chemin qui y descendait et remontait par l'autre côté. Sur place j'ai un peu de mal à trouver le départ du sentier car il y a des mules qui ont fait pas mal de traces un peu partout. Ma marche commence mal, j'ai à peine fait quelques mètres que je me fige avec un pied en l'air, un serpent vert ondule à l'endroit où j'allais le poser mais s'éloigne rapidement dans les buissons avant que j'ai eu le temps de vraiment le distinguer.

La descente n'est pas très difficile mais il fait très chaud, plus de 30°. Au fond il y a une grotte assez profonde servant d'étable à des chèvres, enfin là elle est inoccupée hormis d'une forte odeur. Il y a un peu d'eau stagnante c'est-à-dire verdâtre sur laquelle viennent se poser de grosses guêpes. Je peux voir aussi un écureuil terrestre et plusieurs jolis oiseaux : décidément, le Mexique est un paradis pour les ornithologues.
Sierra2
Cliquez ici pour charger les 7 photos
(Canyon, cactus, écureuil, oiseaux)
Sierra3
Cliquez ici pour charger les 14 photos
(Plantes, animaux, oiseaux)
Je repars rapidement, l'autre grotte prévue pour le lendemain se situe juste de l'autre côté de la montagne à 6 km à vol d'oiseau mais impossible de passer par là, je suis obligé de faire une grande boucle de presque 150 kilomètres pour l'atteindre. Les 40 derniers kilomètres sont sur une piste, d'abord 25 km pas trop mauvais (40 km/h) puis exécrables (12 km/h).

Je traverse une zone de cactus particulièrement remarquables, grands et avec de nombreuses ramifications. Le soir je peux voir un magnifique cardinal rouge. Mais il fait trop sombre alors je dois attendre jusqu'au matin pour le prendre en photo avec une femelle.
La première maison où je me présente est la bonne, le responsable est là ainsi que mon guide. Ce dernier monte dans ma voiture, on fait quelques kilomètres puis une belle marche de 50 minutes nous amène à la grotte el Palmarito. Pour la première fois depuis longtemps le ciel est couvert mais il ne pleuvra pas. On croise un autre cardinal, un colibri et d'autres oiseaux.

Les peintures sont impressionnantes, très grandes (plus qu'un homme), on peut les voir de très loin. Les personnages sont soulignés de noir, on a l'impression qu'ils sont habillés. Plusieurs ont une chevelure étonnante faisant penser à une banane de rocker. Il y a aussi un puma, des cerfs et une tortue particulière impressionnante car elle épouse parfaitement le relief. Ce sera de loin les plus belles peintures que je verrai.
Sierra4
Cliquez ici pour charger les 10 photos
(Grotte el Palmarito avec ses peintures)
Sierra5
Cliquez ici pour charger les 13 photos
(Paysages autour de Santa Martha,
fleurs, oiseaux)
Après avoir ramener mon guide, je pars faire un petit tour sur une piste. Les paysages sont très plaisants d'autant que le soleil est revenu. J'ai d'ailleurs presque envie de retourner à la grotte car même si elle est enfermée derrière des grillages les peintures sont bien visibles de l'extérieur mais finalement j'abandonne l'idée.

Je traverse un petit canyon avec de l'eau. Il y a de belles pierres soulignées de lignes rouges. Plusieurs lapins et divers oiseaux agrémentent mon parcours, notamment un geai buissonnier et un couple de magnifiques colins de Gambel avec leurs petits (malheureusement je n'ai pas pu prendre ces derniers en photos car ils se cachaient dans les buissons).

Je poursuis ma route jusqu'à Mulegé, seconde ville d'où il est possible de visiter des grottes. Comme San Ignacio la ville est en partie construite autour d'une oasis. Ici il n'y a pas d'agence qui organise des expéditions, il faut faire du porte à porte dans des hôtels et un musée pour essayer d'avoir un guide (les hôteliers appellent gentiment au téléphone les guides avant de nous les passer). Le premier est trop cher et ne parle pas anglais, le second a changé d'activité mais le troisième est d'accord d'autant qu'il a d'autres clients pour le lendemain donc je n'aurai pas besoin d'y aller avec ma voiture.

J'ai d'ailleurs encore un souci avec celle-ci : le silent-bloc de l'autre amortisseur arrière a lui aussi rendu l'âme et j'ai compris hélas trop tard pourquoi. Quand je les ai fait monter près de Paris dans un garage Euromaster, le gars était clairement incompétent alors que cette entreprise indique que la pose d'amortisseurs est un de leurs métiers de base. Au lieu de mettre le silent-bloc, une rondelle métallique et le boulon pour serrer le tout, l'abruti a mis la rondelle, le silent-bloc puis l'écrou. En serrant ce dernier il a évidemment écrasé le centre du silent-bloc. En Grande-Bretagne cela a tenu car je n'ai roulé pratiquement que sur de bonnes routes, idem au Canada et États-Unis. Mais les sollicitations sur les très mauvaises pistes depuis mon arrivée au Mexique les a fait éclater l'un après l'autre. Heureusement j'en ai encore un en stock donc je pourrai faire la réparation chez un garagiste qui mettra presque deux heures et qui lui me fera payer mais pour un prix dérisoire d'environ 9 euros.

Mulege En attendant je vais sur la plage où je peux observer 5 ou 6 ibis blancs et d'autres oiseaux. Pendant la nuit j'entends un gros bruit sur ma voiture. Je sors, ne vois rien mais au matin je constate des traces de pas sur mon panneau solaire, sûrement un chat.

Je me présente en avance au rendez-vous mais il n'y a bizarrement personne alors je patiente pendant plus d'une demie heure. Je retourne finalement à l'hôtel où j'avais trouvé le guide, demande au responsable l'heure et le couperet tombe. Alors que je croyais que toute la Basse Californie était à la même heure, j'ai en fait changé d'heure depuis 12 jours sans le savoir (8 heures de décalage avec la France), depuis que je suis entré en Basse Californie du Sud. Le décalage se faisant dans le mauvais sens, je suis arrivé avec 50 minutes de retard à mon rendez-vous, normal qu'ils soient tous déjà partis. L'hôtelier appelle le guide sur son portable mais il est bien sûr avec les autres clients, ils sont déjà loin (cela fait maintenant une heure et demie qu'ils sont en route) alors c'est raté pour cette fois.

J'attendrai 10 jours mais il n'y a étonnamment aucun autre touriste. Tous les matins je vais au lieu de rendez-vous en espérant qu'un départ ait lieu (mon guide part toujours du même endroit et à la même heure), certains jours je le croise en ville et il me dit qu'il n'a personne ce qui m'évite de venir pour rien le lendemain.

Mulege2
Cliquez ici pour charger les 8 photos
(Chèvres, libellule, oiseaux)
J'ai changé de lieu de bivouac car le deuxième jour des policiers municipaux m'ont rendu visite, appelés par des voisins fermiers inquiets. Les policiers ont été très cordiaux et sont vite repartis mais je n'ai pas voulu gêner plus longtemps les fermiers.

Mon second lieu est très tranquille, il n'y a personne aux alentours, très peu de monde passe par là hormis une ou deux fois par jour un troupeau de belles chèvres. Il y a encore un couple de cardinaux, un moucherolle vermillon, des orioles jaunes et de nombreux urubus qui aiment se poser sur le sommet de cactus (un héron aussi d'ailleurs).

Mais je retiendrai surtout ma bataille contre une grosse guêpe maçonne qui tente à plusieurs reprises de construire un nid sous ma voiture (je m'en rends compte car elle fait un bruit de vibration assez aigu à chaque fois qu'elle recrache la glaise servant au nid). Je détruis à chaque fois ce qu'elle a fait mais elle revient et recommence. Alors je la frappe avec une branche souple, elle tombe au sol, s'envole, me regarde puis s'en va. Je crois qu'elle a enfin compris car je ne la revois plus de la journée mais le lendemain matin elle recommence (je pense que c'était la même car elle construisait le nid exactement au même endroit). Je la frappe à nouveau avec la branche souple toujours sans l'écraser, cette fois-ci sera la bonne car elle ne réapparaîtra plus.

Finalement je craque et décide d'aller sur 3 des 4 sites du secteur avec le guide et ma propre voiture.

Mulege3
Cliquez ici pour charger les 12 photos
(Gravures rupestres Piedras Pinta)
C'est cher, la journée me reviendra à 60 euros, et assez décevant : la zone de gravures est assez large avec des représentations variées (baleines, raies, tortues, shamans entre autres) mais j'ai des doutes sur leur authenticité car les lignes sont très claires.

Les peintures sont sur deux sites différents dans de belles gorges mais elles sont peu nombreuses, globalement petites et peu visibles (surtout sur le second site).
Mulege4
Cliquez ici pour charger les 20 photos
(Gorges, fleurs, libellule,
peintures la Trinidad et San Patricio)

J'ai terminé avec les biens classés en Basse Californie, je commence à descendre jusqu'à La Paz pour aller prendre un ferry.

Loreto
Cliquez ici pour charger les 13 photos
(Bivouac, bords de mer, déserts, cactus,
coquillages, écureuil, oiseaux)
Les paysages sont plaisants, le long de la côte il y a toujours autant d'oiseaux mais aussi de nombreux bernards l'hermite. Cela manque cependant de mammifères marins, quand je crois enfin voir un phoque en passant rapidement en voiture, je me rends compte après m'être arrêté que c'est en fait un plongeur avec tuba.
J'arrive à Loreto, grosse ville balnéaire touristique. C'est assez cher mais j'ai trouvé un coin tranquille où dormir et un bar avec un accès internet pas trop mal. Le second jour une jeune femme m'aborde en français : elle est tunisienne, mariée à un français et ils font le tour du monde en auto-stop avec sacs au dos. On discute pas mal, ils sont très sympathiques. Je leur donne notamment des conseils car depuis deux mois qu'ils voyagent ils ne se sont pas encore occupés de leur site internet et ils veulent faire une pause pour travailler dessus.

Le lendemain ils ne sont plus là mais le soir le mari arrive en courant, il y a une fête sur la place du village et il est venu me prévenir. Il y a des danseurs et danseuses en costumes mexicains traditionnels, certaines robes sont splendides.
Loreto2
Cliquez ici pour charger les 7 photos
(Oiseaux, danses mexicaines)

Je quitte finalement Loreto car il n'y a pratiquement plus de touristes en ville et je suis toujours seul dans le bar, je consomme peu ce qui me vaut de fréquents coups d'œil.

Je ne veux pas m'arrêter à La Paz car la ville est grande, elle n'a pas une bonne réputation au niveau sécurité et j'ai peur de ne pas trouver un lieu de bivouac tranquille. Alors je m'arrête à Ciudad Constitución, une ville en pleine terre donc sûrement peu touristique. Je trouve un restaurant assez fréquenté avec plusieurs personnes qui surfent sur internet et un débit plutôt bon. De ma place je vois que quelqu'un est en train de laver ma voiture mais il n'y a plus personne lorsque je la regagne le soir venu. Je constate cependant que j'ai perdu un des petits miroirs extérieurs que j'avais installé pour améliorer la visibilité, pas très grave car il commençait à s'oxyder et je n'y voyais plus grand chose : j'en trouverai un autre rapidement, très peu cher et de très bonne qualité. A tel point que quelques jours plus tard je retournerai en acheter un second pour changer l'autre.

Ma première nuit est la pire nuit depuis que je voyage. Je me suis installé en dehors de la ville dans un coin sans habitations autour. Je viens à peine de m'endormir qu'une voiture de police fédérale me réveille, ils veulent savoir ce que je fais là. Après quelques explications ils me disent que tout est ok et ils repartent assez vite. Mais une heure plus tard et alors que je viens tout juste de me rendormir, une autre voiture de police arrive, des policiers municipaux cette fois, et l'un est assez agressif. Il veut savoir si j'ai des armes ou de la drogue, je dis évidemment non, il me dit qu'il va fouiller la voiture et que s'il trouve quelque chose cela va faire mal (il ne parle qu'espagnol mais j'ai bien compris son geste). Il ouvre tous les tiroirs, les sacs, ma malle, il désordonne tout, abîme des choses sans valeur heureusement (des emballages qu'il déchire ou casse pour les ouvrir). Son collègue discute pendant ce temps gentiment avec moi (enfin si on veut, il ne parle pratiquement pas anglais alors je lui donne mon dictionnaire espagnol-français et il me montre des mots dedans en rajoutant quelques gestes et des mots isolés en anglais). Au bout d'une heure, il demande à celui qui fouille s'il a trouvé quelque chose, l'autre répond "rien" et finalement ils repartent à deux heures du matin sans rien dire, me laissant seul à ranger le bazar mis dans mes affaires. Je décide cependant de rester finir la nuit là et je ne serai plus déranger.

Le lendemain je retourne dans le restaurant pour avancer sur mon site. Au Mexique ce sont les élections législatives : il y a des affiches partout, y compris sur les voitures car beaucoup soutiennent un candidat. On est cinq jours avant le scrutin et cela s'intensifie : il passe dans la rue des cavaliers, une fanfare et de nombreux véhicules klaxonnant avec des drapeaux. Cela se calme mais une heure plus tard, une nouvelle manifestation de soutien passe pour un autre candidat.

Bipbip
Cliquez ici pour charger les 7 photos
(Bip bip)
Le soir je m'éloigne de la ville pour éviter d'être à nouveau aborder par la police. Mon nouveau lieu de bivouac est très tranquille et j'y resterai plusieurs jours sans retourner dans le restaurant car j'ai du travail préparatoire à faire pour rédiger cette nouvelle et n'ai pas besoin tout de suite d'internet.

Et j'ai de la chance, un bip bip (géocoucou) doit vivre pas très loin, il me rend visite régulièrement et j'arrive enfin à prendre des photos. Plusieurs matins je suis réveillé par des oiseaux qui viennent se poser sur ma voiture, marchent dessus et chantent, ce qui est assez bruyant mais ne dure en général pas alors je laisse faire. Mais un matin le pas est beaucoup plus lourd, j'ouvre ma portière et vois le géocoucou sauter du toit et filer à toute allure. Et j'en verrai un autre quelques jours plus tard traverser la route devant moi. Je m'arrête et cette fois-ci au lieu de partir à toutes jambes comme toutes les fois précédentes il monte sur un piquet de clôture et commence à faire sa toilette ce qui me laisse le temps de le mitrailler.
La quatrième nuit à 4 heures du matin je suis réveillé par des trombes d'eau et un vent très violent. J'ai peur qu'une tornade s'approche car c'est la saison même si je ne risque rien de mon environnement étant dans une zone d'herbes sèches et de petits buissons. Finalement cela se calme mais au matin tout est boueux autour de moi. La journée est grise mais cette tempête a fait du bien : de plus de 37° je suis passé à 23°.

Outre les oiseaux, il y a des insectes donc certains très grands. La nuit tout autour de ma voiture il y a une multitude de cloportes et de gros scarabées noirs mais aussi quelques grillons. Une nuit un crapaud viendra également me rendre visite.
Constitucion
Cliquez ici pour charger les 10 photos
(Oiseaux, crapaud, insectes)

Pendant cette dernière période je m'achète un nouveau pantalon. En faisant une lessive dans une laverie, la fermeture éclair d'un de mes coussins casse et je passerai une demie journée à enlever l'ancienne puis à en mettre une autre à la main surtout parce que la femme qui m'a vendu la nouvelle a mal mis les ergots. A la première utilisation la glissière me reste entre les doigts et je passe beaucoup de temps à enlever et remettre au bon endroit les ergots. J'ai aussi cherché à trouver du gaz pour mon réchaud mais sans succès.

Le voyant indiquant que je dois changer ma courroie de distribution s'est allumé. J'ai contacté mon garage Toyota en France pour connaître le numéro de la pièce en leur indiquant le kilométrage ce qui les a étonné car l'allumage s'est fait beaucoup trop tôt. En cherchant sur Internet, j'ai vu comment cela fonctionnait, le garagiste de Roumanie qui m'avait gentiment éteint le voyant (j'avais changé la courroie avant son allumage mais celui-ci s'allume quand même automatiquement en fonction du kilométrage) l'avait mal programmé. J'ai pu le corriger facilement ce qui l'a éteint tandis qu'il se rallumera au bon moment. Mais j'ai un autre souci avec la voiture, un feu de croisement et un feu de position qui ne fonctionnent plus. J'espère pouvoir les réparer à La Paz où il y a un garage Toyota.

Le dernier jour à Ciudad Constitución le bip bip est juste à côté de la voiture au moment où j'ouvre ma portière. Il saute sur un buisson à proximité et patiente là en m'observant du coin de l'œil. Un peu plus tard c'est un colin de Gambel qui me rend visite mais dans les deux cas mes photos sont un peu ternes car à contrejour. Je descends jusqu'à La Paz et commence par chercher un peu partout des bonbonnes de gaz mais peine perdue, personne ne sait où il y en a. C'est d'autant plus étonnant qu'il y a un hypermarché Walmart (où je trouvais le nécessaire aux États-Unis), qu'ils vendent des réchauds utilisant mon type de recharge mais pas les recharges elles-mêmes.

Le garage Toyota n'est plus à l'emplacement indiqué par mon GPS mais je finis par le trouver en demandant de l'aide et en tournant un peu en rond. J'ai en fait attendu de venir là pour rien car ils n'ont pas les ampoules. Mais je crois me souvenir que j'en ai de rechange et après avoir cherché un peu partout sous un soleil de plomb je les déniche dans un sac dans ma malle : il y a bien une ampoule pour le feu de croisement mais pas pour le feu de position. L'employé de Toyota m'installe gratuitement l'ampoule puis retourne dans son stock et revient finalement avec celle qui me manquait : tout marche à nouveau parfaitement. Je m'arrête un peu plus tard dans un magasin de pièces automobiles où je trouve facilement les deux ampoules pour les avoir à nouveau en stock.

La Paz
Cliquez ici pour charger les 13 photos
(Plage, fleurs, reptiles, oiseaux)
Du fait de la mauvaise réputation de la ville je m'en éloigne le plus possible pour passer la nuit. Je suis sur une presqu'île inhabitée mais quelques touristes et pêcheurs passeront le matin près de moi en me réveillant assez tôt. Sur les deux plages de chaque côté il y a des pélicans, des hérons, de gros lézards et des traces de serpents. En l'air ce sont des frégates qui passent, je commence à avoir l'habitude de tout cela.

Je décide d'aller jusqu'au bout mais la route est fermée par un portail grillagé, l'extrémité est apparemment privée. Mais je ne regrette pas cette virée car deux magnifiques rapaces étaient posés côte à côté sur une branche, il y avait des fleurs magnifiques puis un bip bip a traversé la route, s'est arrêté sur le bas côté et pendant que je le prenais en photo depuis la voiture il a fait demi-tour et s'est rapproché à seulement quelques mètres de moi. Au retour un rapace mange une proie sur le bas-côté. Il y a aussi quelques urubus à tête rouge.

A La Paz je passe ma journée sur Internet notamment pour voir les horaires pour la traversée en ferry mais aussi pour programmer la suite de mon itinéraire. Il y a en fait deux destinations depuis le port, l'une courte traversant le golfe perpendiculairement à la côte et arrivant plus au nord et l'autre beaucoup plus longue allant en biais vers le sud. Les deux villes d'arrivée sont dans une zone classée orange (signifiant "à éviter si possible") sur le site de la diplomatie française mais celle du nord est en plein milieu de la zone tandis que celle du sud juste au bord. Il n'y a pas de bien classé près de la ville du nord ce qui se traduirait par une descente en voiture le long de la côté jusqu'à la ville du sud. Le coût ferry+voiture en passant par le nord et ferry seul en allant directement au sud est sensiblement le même mais il n'y a pas de ferry pour le nord avant deux jours alors qu'un part le lendemain pour le sud. Tous ces éléments allant dans le même sens, je décide de prendre la traversée longue.

Depuis cette ville du sud il y a deux trajets en voiture possibles pour aller voir différents biens classés mais l'une des routes est classée en rouge par la diplomatie française (signifiant qu'il ne faut surtout pas y aller). Sauf que le classement couvre un très long parcours et que je ne vais en emprunter qu'un bout alors je me dis que peut-être cette section n'est pas si terrible. Pour en avoir le cœur net, je décide d'envoyer un email au consul honoraire du secteur, je verrai bien ce qu'il me dit (réponse dans la prochaine nouvelle).

La Paz2
Cliquez ici pour charger les 6 photos
(Au nord de La Paz, oiseaux)
Je change de lieu de bivouac pour ne pas être trop loin du port. Il y a de belles falaises joliment érodées. Un petit étang attire hérons, ibis blancs, bihoreaux violacés et courlis corlieu. En voulant le contourner je manque m'embourber. Je voulais dormir là mais le site est bruyant (juste derrière il y a un hôtel avec des arroseurs automatiques) alors je repars. Il y a pas mal de vent, de fortes rafales mais cela s'arrête dès que la nuit tombe.

Le lendemain il y a beaucoup de camions qui attendent pour la traversée. Je prends mon billet (un peu difficilement car personne ne parle anglais) et vois que l'horaire de départ, prévu à 17 heures, a été repoussé à 20 heures. Bien que j'ai déjà subi un contrôle de la douane (assez rapide, quelques tiroirs d'ouverts mais aussi une vérification de l'autocollant pour l'importation de la voiture), je quitte finalement le port et retourne en ville pour passer le temps.

Lorsque je veux repars, j'emprûnte sans le vouloir un sens interdit sur une cinquantaine de mètres. Pas de chance il y a juste au bout une policière municipale qui n'est pas contente. Elle ne parle pas anglais mais je lui dis que je suis étonné car il n'y avait pas de panneaux. Elle me dit qu'il y en a un, on fait le chemin à pied et effectivement il y a un panneau d'interdiction de tourner à gauche en retrait par rapport au carrefour alors quand je suis arrivé à celui-ci je ne l'ai pas vu. Je m'excuse, elle me dit que je dois payer une amende, appelle son chef qui me montre une liste des tarifs des infractions. Le montant n'est pas excessif alors je dis ok mais cela semble ne pas lui plaire : elle me fait comprendre que je dois glisser quelques billets dans mon permis de conduire. Mais je n'ai que deux billets, un deux fois le prix de l'infraction donc que je ne peux pas donner et un autre ridiculement faible. Je mets ce dernier, lui tends mon permis mais elle ne récupère pas le billet : elle discute avec l'autre policière puis finalement me rend le tout et me souhaite une bonne traversée avec un sourire.

Plus loin des voitures sont arrêtées sur un pont à cause d'une panne ou d'un accrochage bénin je n'ai pas bien vu. Il commence à y avoir une file de voitures derrière moi, la route n'est pas très bonne avec un manque de visibilité due à une bosse et d'un seul coup j'entends un grand crissement de frein puis un choc : une voiture arrivait trop vite et vient de taper le bout de la file. La voiture emboutie est un 4x4 à plateau, il y avait un jeune homme à l'arrière qui se retrouve les quatre pattes en l'air mais il se remet sur ses pieds tout de suite, plus de peur que de mal.

Quand j'arrive de nouveau au port j'ai une grande frayeur car il n'y a plus personne : plus de camions sur les quais, ils sont de toute évidence partis avec le ferry. Je repasse la douane aussi rapidement que la première fois, arrive devant la guerrite où j'ai pris mon billet mais elle est fermée, j'aperçois un employé du port qui ne fait que rigoler sans s'inquiéter. Dans le bâtiment principal il y a un autre guichet, ouvert mais ils ne parlent qu'espagnol. Quelques personnes sont là à attendre alors cela me rassure un peu, je discute avec l'une d'entre elles qui baraguine quelques mots en anglais et finalement je comprends tout : alors que sur le site Internet ce n'était pas du tout prévu les camions sont partis sur un ferry pour la ville du nord. Le mien n'est pas encore arrivé, il est même annoncé très en retard car les quelques rafales de vent que j'ai eues la veille étaient beaucoup plus fortes de l'autre côté du golfe ce qui a fortement perturbé la traversée dans l'autre sens. Finalement vers 23 heures je vois qu'il est là (depuis la salle d'attente je ne l'ai pas vu arriver), on nous appelle à rejoindre nos véhicules et j'embarque sur le ferry à minuit passé. J'ai de la chance, ma voiture est à l'extérieur sur le pont supérieur alors je branche mon GPS sur la batterie de mon panneau solaire ce qui me permettra d'enregistrer le tracé précis du trajet du ferry (et ainsi de constater que nous sommes restés encore longtemps à quai, le bateau s'éloignant de La Paz qu'à 3 heures du matin soit avec 10 heures de retard sur l'horaire initial).

Pendant tout mon séjour en Basse Californie, très peu peuplée car très désertique, je n'ai finalement pas eu besoin d'utiliser mes jerricans d'essence car il y avait des stations très régulièrement (même si j'ai pu voir des panneaux du style prochaine station à 137 km) et toutes avaient du diesel même si comme déjà indiqué de qualité médiocre.

Il y a beaucoup de biens à voir de l'autre côté du golfe de Californie où je viens d'arriver mais je vous parlerai de tout cela une autre fois car avec cette nouvelle j'ai enfin rattrapé mon retard et la suite se situe dans l'avenir.
Imprimer

Au nord de la mer de Cortez - par monTdM le 19/06/2015

La zone Pacifique des États-Unis - par monTdM le 30/05/2015

Ouest du Canada - par monTdM le 02/04/2015

DéplierÉtats-Unis d'Amérique - 5 nouvelles par monTdM du 27/09/2014 au 13/03/2015
DéplierCanada - 4 nouvelles par monTdM du 09/07/2014 au 03/09/2014

Centre et Dordogne, avant le grand saut - par monTdM le 26/06/2014

Normandie et fin de la 4ème partie - par monTdM le 23/01/2014

DéplierRoyaume-Uni et Irlande - 4 nouvelles par monTdM du 23/09/2013 au 05/01/2014

Nord de la France - par monTdM le 01/08/2013

Fin de l'Italie - par monTdM le 08/12/2012

DéplierEurope centrale - 10 nouvelles par monTdM du 16/08/2012 au 14/11/2012

De Nancy à Bayreuth en Allemagne - par monTdM le 05/08/2012

Et c'est reparti ! - par monTdM le 27/07/2012

DéplierItalie - 11 nouvelles par monTdM du 30/03/2012 au 19/06/2012
DéplierL'ex-Yougoslavie - 3 nouvelles par monTdM du 01/03/2012 au 17/03/2012
DéplierAlbanie - 3 nouvelles par monTdM du 20/02/2012 au 25/02/2012
DéplierGrèce - 7 nouvelles par monTdM du 03/02/2012 au 15/02/2012

Turquie - par monTdM le 30/01/2012

DéplierEurope de l'Est - 5 nouvelles par monTdM du 11/11/2011 au 15/01/2012
DéplierScandinavie et pays baltes - 3 nouvelles par monTdM du 18/08/2011 au 01/11/2011

Ouest de la Suisse et est de la France - par monTdM le 10/06/2011

Nouveau départ - par monTdM le 17/04/2011

DéplierEspagne et Portugal - 15 nouvelles par monTdM du 05/05/2010 au 27/10/2010

Et c'est parti ! - par monTdM le 19/04/2010

Le départ approche ! - par monTdM le 12/04/2010

 
Zone membres

Votre pseudo :

Votre mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]

Info membres
Liste des membresMembres : 17

Visiteur en ligne :Visiteur en ligne : 0

Total visites :Total visites : cpt1cpt3cpt9cpt8cpt2
Records connectés :Records connectés :
puce1Simultanés : 18

le 30/11/2015 à 20:50

puce1Sur 24h : 24

le 18/11/2016 à 12:45

Version pour mobile
Vous pouvez également accéder à ce site en version allégée avec votre PDA. Pour cela, enregistrez ce lien dans les favoris de votre mobile.
Calendrier