Entête
Rechercher
Galerie photo
Veuillez patienter,
chargement en cours
Présentation
Webmaster
Lettre d'informations
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre
lettre d'informations
nb : pas besoin d'être membre pour vous inscrire
S'abonner
Se désabonner
Question anti-spam :
nb1   plus   nb2   egal

news.gifNouvelles

Pour ouvrir ou fermer un regroupement de nouvelles (ligne marron clair), cliquez sur le signe '+' (ouvrir) ou '-' (fermer)
Pour ouvrir ou fermer une nouvelle (ligne marron foncé, cliquez sur son titre


DéplierAmérique du Sud - 3 nouvelles par monTdM du 03/09/2016 au 12/08/2017

Passage du Panama vers la Colombie - par monTdM le 16/06/2016

DéplierAmérique centrale - 4 nouvelles par monTdM du 09/03/2016 au 10/05/2016
DéplierMexique - 6 nouvelles par monTdM du 19/06/2015 au 28/02/2016

La zone Pacifique des États-Unis - par monTdM le 30/05/2015

Ouest du Canada - par monTdM le 02/04/2015

Imprimer

Itinéraire Cliquez pour mieux voir l'itinéraire du 11/11/2014 au 09/01/2015 correspondant à cette nouvelle

Le 10 novembre, la météo s'annonçant très belle pour les jours suivants même si une vague de froid est annoncée, je décide donc de tenter la visite de quelques biens classés supplémentaires au Canada et de reprendre la route le lendemain. Il n'y a qu'un point qu'il me reste à résoudre : la possibilité de revenir aux États-Unis. Car j'ai un visa de 3 mois qui s'achèvera bientôt et je ne suis pas persuadé de pouvoir en obtenir un autre lorsque je voudrai redescendre vers le Mexique. Lorsque j'étais à Montréal, j'étais allé spécialement au bureau des douanes à l'aéroport pour interroger des douaniers américains qui m'avaient dit... peut-être oui, peut-être non, tout dépendant du délai entre les deux périodes de visas. Et lors de mon entrée aux États-Unis, le douanier m'avait dit que cela dépendrait... du douanier !

La vague de froid est bien là : -16°C pendant la nuit. Du coup j'hésite à reprendre la route maintenant ou attendre que cela se calme. Mais patienter ici consommerait mon visa américain actuel, durée dont j'aurai besoin si finalement je ne peux pas passer au Canada et si je dois redescendre directement vers le Mexique.

Je reprends donc la route le 11 novembre en direction de la frontière. A mon arrêt suivant pour refaire le plein de diesel, je cherche un produit à rajouter pour protéger la voiture du froid. Ils ont ce qu'il faut pour essence mais pas pour diesel, je demande et ils me disent de prendre un flacon qui en fait sert à dégeler (curatif) et non pas à protéger (préventif). Je leur signale mais ils me disent que tout le monde prend cela même si c'est écrit qu'il ne faut pas l'utiliser en préventif. Je leur fais confiance et en rajoute dans le diesel. Ce sera efficace car effectivement, malgré les températures extrêmes que je vais subir (voir plus loin), malgré le chauffage allumé et malgré le fait que je ne roulerai presque pas, je n'aurai jamais de souci de démarrage. Par contre je ne sais pas si mon chauffage a souffert de ce produit ou si c'est la sonde qui est en cause mais il ne fonctionnait plus comme avant et j'ai eu de grandes difficultés à le régler (avant, en le mettant au minimum, il se déclenchait et s'arrêtait régulièrement pour maintenir une température entre +10 et +14°. Maintenant il démarre, commence à chauffer mais s'arrête avant d'atteindre la bonne température puis il ne repart plus : je suis obligé d'augmenter le réglage avec l'inconvénient qu'ainsi il ne s'arrête plus du tout, ce qui conduit à des températures un peu élevées et une forte consommation inutile de diesel. Je dois donc l'éteindre puis le rallumer plus tard quand il fait à nouveau trop froid). J'ai aussi eu des soucis de consommation de diesel (du style 1 à 2 litres de trop au 100 km à une période où la température avait bien augmenté et où je n'utilisais plus le chauffage), mais il est difficile d'en déduire que cela venait du produit car lors d'un plein suivant, j'ai eu à nouveau (cf. ma précédente nouvelle) un très bon rendement.

Je reprends le fil de mon récit : avant d'arriver au poste frontière, je passe un col à 1 800 mètres d'altitude et il fait -20° alors qu'il est 14 heures, ce qui est mon nouveau record de froid pendant la journée.

Comme pour ma sortie du Canada en septembre dernier (et contrairement aux frontières traversées en Europe : Angleterre-France, Turquie-Grèce, Bosnie-Croatie, Monténégro-Albanie, etc), il n'y a pas de contrôle de sortie des États-Unis mais uniquement un poste d'entrée au Canada. Dans l'autre sens il y a bien sûr un poste d'entrée pour les États-Unis et un bâtiment administratif alors je m'arrête sur un parking pour aller voir les douaniers américains. Ils ne semblent pas très compétents, je suis à un passage de frontière assez isolé et il ne doit pas y avoir grand monde qui passe par là alors clairement ils ne connaissent pas mon cas : quand je leur dis que je quitte leur pays et que je dois leur laisser le carton agrafé dans mon passeport qui me sert de visa, ils ont l'air tout étonné. Mais ils le prennent sans réagir au fait que le numéro est barré et remplacé par un autre numéro à la main (voir la nouvelle du 27/09/2014). Et quand je leur demande si je pourrai revenir plus tard, ils me disent que si je reviens avant la fin de mon visa actuel, il n'y aura pas de souci (si je garde le carton) et si je reviens au-delà, les douaniers me feront un nouveau visa. Ils semblent même étonnés que je leur demande s'il n'y a pas de délai entre les deux visas. Bref, je ne suis pas très convaincu par tout cela mais comme il y a beaucoup de postes frontières entre les deux pays, je me dis que si j'ai des problèmes à l'un j'en essaierai un autre.

Je retourne donc à la voiture et me présente à la frontière du Canada. Le douanier dans sa loge prend uniquement mon passeport, me pose deux questions, donne mon passeport à une femme debout derrière lui qui se penche pour jeter un coup d'œil à ma voiture depuis la fenêtre de la guérite et je me retrouve avec un nouveau visa valable 6 mois en moins d'une minute : je pense que la température (il faisait -17°C lors de mon passage) a joué en ma faveur.

Je fais maintenant un bref retour en arrière pour vous parler des taxes d'importation de la voiture. Je n'ai rien eu à payer lors de ce second passage au Canada mais j'avais dû en régler lors de mon arrivée par bateau (voir la nouvelle du 04/08/2014). Lorsque j'ai quitté le Canada le 3 septembre j'avais remis le papier d'importation à la douane (voir la nouvelle du 27/09/2014). Le 9 septembre j'ai reçu un email très étrange avec juste une pièce jointe et un mot "SVP prendre connaissance de ce document" : aucun bonjour, merci, cordialement ou autre formule de politesse ni signature. J'ai donc cru à un spam comme on en reçoit fréquemment sauf que c'était en français et que 99.99% des spams sont en anglais. Après avoir scanné la pièce jointe, un fichier .doc pouvant contenir aussi des virus, je l'ai finalement ouverte : c'était une demande de renseignements des douanes canadiennes pour savoir si j'avais quitté le territoire avec ma voiture. Ils n'avaient apparemment pas reçu le papier d'importation avec les tampons de sortie alors je leur scanne la copie que j'avais. Cela leur suffira pour m'envoyer le chèque de remboursement (un mois plus tard) que j'ai reçu et pu encaisser à ma banque deux mois après ma sortie du pays (cette histoire de taxes payées puis remboursées m'aura juste coûté 25 euros de frais bancaire). Mais après mes déboires à mon arrivée, le douanier à la sortie qui n'a pas fait son boulot et cet email étrange, l'administration canadienne ne brille décidément pas par sa compétence.

Froid J'arrive près du premier bien classé à l'Unesco mais il fait décidément trop froid alors j'attends quelques jours avant de faire la visite.

Et lors de ma seconde nuit au Canada, je bats mon précédent record (qui était, je le rappelle, de -21° lorsque j'étais en Cappadoce) : -24°C ! Le chauffage fonctionne à plein régime et la consommation s'en ressentira : au plein suivant, ma voiture aura "consommé" plus de 20 litres aux 100 km (ce qui n'est pas vraiment exact, c'est juste la seule valeur que je peux mesurer car je ne peux pas faire la distinction entre la consommation du moteur quand je roule et la consommation du chauffage).

Ces températures, même si elles ne me gênent pas lorsque je suis bien au chaud dans la voiture, posent quand même quelques désagréments. Lorsque je cuisine, cela fait évidemment de la vapeur qui gèle sur les vitres à l'intérieur de la voiture. Gratter met du givre partout (donc je ne le fais pas) et c'est extrêmement glissant, les ventouses de mes "rideaux" isolants n'adhèrent plus. Je suis obligé d'utiliser un briquet pour faire fondre et réchauffer les vitres aux endroits où je veux les accrocher, ce qui est assez long et inconfortable. Mais parfois le givre sur mes vitres prend de très jolies formes. L'autre souci est que je ne peux pas faire de vaisselle normalement. Même si je chauffe de l'eau pour laver, je n'ai pas le temps de rincer ni d'essuyer, cela gèle avant. Du coup je fais tout à l'intérieur de la voiture, même si cela fait quelques inondations qu'il faut éponger.

Finalement au bout de quatre jours cela se réchauffe, il fait presque positif pendant la journée (mais au détriment du ciel qui s'est couvert). Je pars visiter le bien classé, un précipice à bisons. Aux temps préhistoriques, les amérindiens avaient mis au point une méthode de chasse très originale. Ils fabriquaient une sorte de corridor balisé avec des pierres, l'un d'entre eux se glissait derrière un troupeau de bisons puis les effrayait ce qui entraînait les animaux sur cette piste le long de laquelle des villageois se tenaient pour qu'ils n'en sortent pas. Au bout il y avait une falaise que les bisons ne voyaient que trop tard et dans leur élan ils tombaient, poussés par ceux qui arrivaient derrière. Les amérindiens n'avaient plus qu'à refaire leurs stocks de viande et autres outils/armes/ustensiles/vêtements/tentes, tout cela fabriqué à partir d'éléments de ces animaux (peaux, os, ligaments, etc).

Plusieurs précipices ont été utilisés dans cette région mais le site Head-Smashed-In (qui signifie le crâne écrasé car selon une légende un jeune chasseur qui attendait en bas trop près de la falaise aurait été coincé sous des bisons et on l'aurait retrouvé avec le crâne complètement enfoncé) a été classé du fait de la très grande quantité de vestiges qui y a été découverte prouvant que le lieu a été utilisé pendant plus de 5 700 ans et cela jusqu'à la fin du XIXème siècle.

Head Smashed
Cliquez ici pour charger les 4 photos
(Falaises de Head-Smashed-In,
peau des décomptes d'hiver, pointes)
Sur place il y a évidemment la falaise et un musée très bien fait avec notamment une vidéo avec des acteurs simulant la technique de chasse (aucun bison n'a été tué ou blessé lors du tournage...). Le musée parle de la méthode de chasse, des découvertes archéologiques mais aussi du style de vie des amérindiens. J'ai particulièrement aimé la peau avec le décompte des hivers : un dessin était réalisé chaque hiver sur une même peau, symbolisant un élément caractéristique de l'année écoulée, l'ensemble formant une spirale datée de 1764 à 1879.

La falaise n'est cependant pas très impressionnante, ce qui explique peut-être pourquoi les archéologues y ont découverts de nombreuses pointes de flèches et de javelots ensevelies sur plus de 10 mètres car beaucoup de bisons ont sûrement dû y être achevés à son pied.

Je reprends ensuite la route pour aller un peu plus au nord voir le parc aux dinosaures. Ce bien est classé car il contient un nombre impressionnant de squelettes d'espèces très variées (des reptiles mais pas uniquement) datant de près de 75 millions d'années. L'endroit fut abondement fouillé par toutes les nations et on trouve aujourd'hui dans de nombreux musées du monde des vestiges qui viennent de là. Le site se caractérise aussi par un paysage original dû à l'érosion et par un milieu riche alimenté par un cours d'eau qui attire notamment une très grande variété d'oiseaux.

Dinosaur
Cliquez ici pour charger les 11 photos
(Dinosaures, paysages du parc et cerfs mulets)
Bien sûr il n'y a aucun oiseau en cette saison mais je croise un couple de cerfs mulet. Les paysages sont effectivement très sympathiques car bien sculptés par les eaux. Je suis assez déçu par le musée qui met surtout l'accent sur les paysages et les animaux/oiseaux contemporains mais montre très peu de vestiges du passé et surtout presque aucun de grande taille.

Pendant l'été il est possible de jouer à Indiana Jones avec un ranger et les quantités enfouies sont telles qu'il n'est pas rare qu'un apprenti archéologue tombe sur des ossements de petits vertébrés. Mais en cette saison rien n'est évidemment organisé, il fait trop froid pour cela sans parler de la neige, peu abondante mais présente. Je déambule dans une zone librement accessible car elle fut surexploitée et il est peu probable d'y faire encore une découverte exceptionnelle. Mais la majorité du parc est fermée au public pour préserver les fouilles à venir.

Je quitte le secteur pour aller vers le dernier bien classé du Canada qu'il est encore possible de voir en cette saison : les parcs des Rocheuses canadiennes. Certes il est tombé un peu de neige mais pas beaucoup ce qui laisse espérer la possibilité de faire encore quelques randonnées.

En cours de route je décide de faire une halte sur une des nombreuses aires de pesage des poids lourds dans le but de demander si je peux l'utiliser pour ma voiture. En fait je n'en ai pas besoin car il n'y a personne et la balance est libre d'accès. J'arrête la voiture dessus et, après avoir estimé l'eau qui me manque dans les jerricans et remarqué que j'ai un réservoir d'essence presque vide, j'en déduis que, lorsqu'elle est complètement remplie et avec moi à bord, ma voiture pèse exactement 2,5 tonnes. Je ne sais pas pourquoi mais je m'attendais à beaucoup moins sachant que sur ma carte grise ma voiture fait officiellement 2 tonnes à vide (mais avec ce qui a été enlevé, sièges, marchepieds... et ce qui a été ajouté, tiroirs, malle... et mes affaires, je m'attendais plutôt à 2.2 / 2.3 tonnes). Enfin, ce qui est rassurant, c'est que je suis assez largement en dessous de la masse maximale autorisée.

Lorsque j'arrive le soir à l'entrée sud-est des Rocheuses il fait encore un très beau ciel bleu, j'ai tout juste le temps de prendre deux photos. Cela se couvrira pendant la nuit et finalement je ne reverrai pratiquement plus le soleil avant de quitter précipitamment la zone.

Le premier jour je le passe sur Internet à attendre que le temps s'améliore car l'entrée des parcs est assez chère, elle n'est valable que pour une journée à la différence des parcs américains et je ne veux pas en gaspiller une. Mais la météo qui annonçait l'arrivée d'éclaircies n'est pas au rendez-vous et les prévisions sont maintenant plus pessimistes alors je décide de commencer mon circuit le lendemain.

Rocheuses1
Cliquez ici pour charger les 12 photos
(Vallée de Banff, lac Minnewanka, rivière Cascade et écureuil, canyon Johnston et ses chutes)
Lorsque je me présente à l'entrée (parc national de Banff) en milieu de matinée, on me fournit un billet d'une journée mais en fait valable un peu plus de 24 heures donc permettant 2 jours de visites. Ma première rando n'a pas grand intérêt, beaucoup de glaces mais pas vraiment esthétiques. Il y a des panneaux indiquant la présence régulière de loups, de coyotes et d'ours avec des dessins des traces qu'ils laissent. Et justement dans la neige on peut en voir mais elles sont peu marquées et il y a en fait peu de différences entre celles d'un loup, d'un coyote et d'un simple chien, difficile de deviner à qui elles appartiennent. Et je croiserai finalement juste un écureuil curieux.

Ma seconde marche est nettement mieux car elle se situe dans un canyon avec des cascades et avec le froid des jours passés tout ou presque est pris dans la glace : c'est parfois très bleu.
Le lendemain, ce n'est pas brillant : j'ai dormi juste à la limite du mauvais temps, il fait presque beau juste au sud mais je vais dans l'autre sens où il a pas mal neigé pendant la nuit et cela continue. Comme je me suis levé très tôt, j'aperçois le long de la route deux magnifiques wapitis. Je passe dans le parc national de Kootenay (il est dans un autre état canadien qui a normalement une heure de décalage horaire mais pour rester cohérent tous les parcs des Rocheuses sont à la même heure). Il n'y a pas grand chose à voir surtout avec ce mauvais temps, je m'arrête juste quelques minutes près d'une cascade partiellement gelée. La route commence à être bien enneigée, des chasse-neige la dégagent régulièrement. La neige qui tombe cache les paysages et empêche toute marche.

Je m'arrête finalement à l'extérieur du parc en me disant que j'aurai peut-être dû visiter les biens classés précédents un peu plus tôt malgré le très grand froid. Au milieu de la ville où je passe mon après-midi, un troupeau de cerfs mulet et de jeunes mouflons est en train de brouter les pelouses.
Rocheuses2
Cliquez ici pour charger les 6 photos
(Wapitis, cascades de Kootenay,
neige, mouflons d'Amérique et cerfs mulet)

Le soir, je décide d'entrer dans le parc quand il n'y a plus personne dans la guérite car avec la météo j'ai clairement gaspillé une journée de mon précédent billet et je ne souhaite pas repayer, en espérant que ce système officiellement autorisé aux États-Unis fonctionne aussi pour les parcs canadiens. Je dors sur un grand parking sans être dérangé. Le lendemain la météo est meilleure puisqu'il ne neige plus. Il y a même du ciel bleu mais encore une fois il s'arrête juste à mon niveau et là où je vais aller au nord c'est assez couvert. Pendant que je petit-déjeune le temps du sud semble gagner du terrain alors j'ai un peu d'espoir.

Rocheuses3
Cliquez ici pour charger les 8 photos
(Levé du soleil, vallée de Kootenay, sentier des lits d'ocre et des pots de peinture, rivière gelée, lac Louise gelé)
Je m'arrête faire une petite marche, c'est assez enneigé et il n'est pas facile de voir les lits d'ocre et les pots de peinture (zone naturelle qui fut longtemps exploitée) mais il y a 2 ou 3 endroits sans neige alors ça va. La météo du sud a finalement choisi de baisser les bras devant celle du nord et il se remet à neigeoter mais pas pour longtemps.

Je repasse dans le parc national de Banff et arrive à Lake Louise où le lac situé à 1 800 mètres est complètement gelé bien qu'il soit assez grand (près de 2 km de long) : c'est assez marrant car on peut aller dessus, il y a d'ailleurs des joueurs de hockeys, des patineurs ou de simples promeneurs certains en plein milieu du lac alors je tente moi aussi le coup : c'est bon, ça tient. Maintenant je pourrai dire que moi aussi, j'ai marché sur l'eau !

Le parc suivant (parc national de Yoho) n'est pas loin, je décide d'y faire un rapide aller-retour car on y trouve un site archéologique assez unique avec notamment des fossiles des tout premiers animaux datant de plus de 500 millions d'années (animaux marins à corps mous, les plus connus étant les trilobites). Le site est évidemment enseveli sous la neige mais il y a un petit musée, fermé officiellement pour la saison mais avec une boutique qui reste ouverte et qui permet de voir quelques vitrines... ou plutôt qui m'aurait permis de voir car il ferme au moment où j'arrive et il ne rouvrira que 4 jours plus tard, durée que je ne peux pas me permettre d'attendre. Je me contente des quelques panneaux explicatifs à l'extérieur, un peu maigrichon. J'apprends quand même que dame Nature semble avoir fait quelques expériences avant d'en arriver aux espèces plus classiques, avec des fossiles aux aspects les plus étranges : une espèce (Opabinia) avait 5 yeux situés sur des pédoncules par exemple. Je vous recommande le site du musée royal de l'Ontario où de nombreux fossiles sont présentés avec pour certains des simulations 3D (animaux avec un estomac dans la tête [Marrella], sans yeux [Habelia], avec de nombreux 'bras' faisant ressembler l'animal à une lyre [Lyracystis], vers avec des pattes et des épines [Hallucigenia], etc).

Je retourne à Lake Louise où dans un bar je vois sur Internet que la météo qui arrive est catastrophique : neige abondante puis très grand froid. Mais il me reste deux jours de répit ce qui devrait me suffire pour finir ce que je voulais voir. Je prends la route des glaciers, franchissant de nuit à nouveau des barrières d'une zone du parc théoriquement payante. Je ne veux pas gruger mais il n'y a personne à cette heure-ci, la météo comme déjà dit s'annonce mauvaise donc j'ai l'intention de me lever avant le lever du soleil pour augmenter mes chances et je ne peux attendre que les rangers soient levés alors qu'il y a pas mal de routes à faire avant d'atteindre les meilleures zones. Je dors presque 25 km après les barrières encore sur un parking près d'un camping évidemment fermé situé à plus de 1 800 mètres.

Au matin j'ai de la chance, il y a quelques éclaircies et j'arrive à voir de beaux paysages. J'entre dans un autre parc (parc national de Jasper) et arrive au champ-de-glace où se concentrent les plus grands glaciers des Rocheuses qui alimentent en eau de nombreuses villes du Canada. C'est un peu brumeux mais cela reste acceptable.

Rocheuses4
Cliquez ici pour charger les 19 photos
(Vallée des glaciers, champ-de-glace, corbeau,
route soufflée, cascades gelées, route balayée)
Je fais une petite marche jusqu'à un beau glacier. Il y a de très nombreux panneaux indiquant qu'il est interdit de sortir du balisage car il y a déjà eu de nombreux accidents de gens qui tombaient dans des crevasses cachées sous des ponts de neige. Mais c'est un peu excessif, il y a plein de zones où il n'y a pas de neige malgré l'altitude et la saison (j'ai changé de versant et apparemment ici il n'est presque rien tombé). Alors je sors de la zone balisée, zigzague quand même entre les quelques névés au cas où, tout cela pour me rapprocher du flanc du glacier où il y a une belle cassure bleue.

De retour à la voiture, je déjeune et alimente avec du pain deux gros corbeaux qui n'attendaient que cela. Avec leur bec, ils patientent en cassant de la glace et l'avalent, c'est sûrement ainsi qu'ils boivent en cette saison.

Je poursuis ma route jusqu'à Jasper en m'arrêtant deux fois pour voir des zones de cascades, largement gelées mais je ne m'en lasse pas.

A Jasper, je vais jusqu'au canyon Maligne très étroit mais il n'y a presque pas d'eau. Je lis d'ailleurs que, quand les niveaux sont bas, la rivière à tendance à circuler dans des couches sous le canyon et n'en ressort qu'un peu plus loin. J'avais vu une photo qui m'avait conduit à venir jusque là mais je repars un peu déçu même s'il y avait quelques zones intéressantes. Sur la route j'y ai encore croisé quelques cerfs mulets, un peu frigorifiés mais le pire est à venir.

Je vais maintenant vers l'ouest dans le dernier parc accessible (parc provincial du mont Robson) qui tire son nom du plus haut sommet des Rocheuses. Le bien des Rocheuses canadiennes contient encore deux autres parcs mais on ne peut pas les atteindre en voiture.

Rocheuses5
Cliquez ici pour charger les 7 photos
(Cerf mulet, sommet près de Jasper,
canyon Maligne, saut du loup)
En cours de route, un loup traverse rapidement devant moi et saute au dessus d'une glissière de sécurité. Il y a de la place alors je m'arrête, descends de voiture, jette un œil : le loup est juste de l'autre côté, assis dans la neige en lisière d'un petit bois en contrebas du talus. Mais avant d'avoir le temps de prendre une photo il se lève et part tranquillement en trottinant dans le bois. Je décide d'essayer de le suivre mais il passe dans des zones étroites et je n'avance pas. J'essaie de faire un crochet en espérant le retrouver plus loin mais il n'y a plus personne.

En revenant sur mes pas, je vois que lui aussi a fait un crochet mais exactement dans la direction opposée. Je prends en photo quelques traces dans la neige en particulier son saut derrière la glissière. Je suis très déçu car j'ai bien conscience que, vue la suite prévue de mon voyage, je n'aurai plus l'occasion d'en voir. C'était donc mon quatrième mais aucune photo.

Il y a un centre d'accueil au démarrage du sentier d'accès au mont Robson. Depuis cet endroit on est sensé pouvoir le voir mais il est dans les nuages. Autour de moi certains sommets sont dégagés alors je décide de pique-niquer là puis j'attends en faisant des grilles de sudoku mais cela ne se lèvera jamais. J'avais été tenté de suivre le sentier, pas jusqu'au bout mais jusqu'à un point intermédiaire d'où l'on peut voir un beau glacier au pied du mont qui se jette dans un lac mais je suis arrivé tard, le sentier fait quand même 17 km, il est recouvert de 10 cm de neige et la très mauvaise météo est prévue pour le lendemain alors je préfère m'éloigner le plus vite possible des Rocheuses.

En sortant des parcs je change d'heure et me retrouve ainsi avec un décalage de 9 heures avec la France.

La route n'est pas très bonne jusqu'à Vancouver : il a neigé mais cela n'a pas été très bien dégagé, il y a beaucoup de rails gelés sur la route et c'est très éprouvant. D'autant qu'il y a de nombreux camions qui roulent à des vitesses impressionnantes, je me fais doubler plusieurs fois alors que je suis sur une voie de droite nettement mieux du fait qu'elle est plus circulée et que les camions doivent emprunter celle de gauche recouverte de neige gelée. D'ailleurs, un peu plus loin, je veux faire le contraire et doubler un camion un peu plus prudent, mais la voie de gauche est tellement gelée que la voiture zigzague dans l'étroit couloir de la voie et j'abandonne de peur de me retrouver projeté sur le camion. Un 4x4 arrive, me double sans problème mais en voulant dépasser ce même camion a les mêmes difficultés que moi, lui aussi abandonne et il se rabat devant moi.

Rocheuses6
Cliquez ici pour charger les 4 photos
(Route enneigée, chasse-neige)
Un peu plus loin, gros ralentissement : je n'avais encore jamais vu ce type de véhicule, un chasse neige roule sur la voie de gauche avec derrière lui une remorque pourvue d'étraves, remorque qui est à 45° par rapport à la route et qui déborde et déneige la voie de droite. Un système vraiment bizarre difficile à croire car les roues de la remorque doivent nécessairement pouvoir pivoter pour rester dans l'axe de la route (à un moment, le chasse-neige s'est rabattu pour laisser passer la file et la remorque est tout simplement revenue s'aligner derrière le véhicule tracteur).

Pendant le trajet j'ai appelé ma mère car elle a fait une terrible chute dans les escaliers de sa maison mais heureusement elle ne s'est rien cassée, juste de nombreuses contusions qui la feront longtemps souffrir.

Finalement j'arrive près de Vancouver, j'ai bien roulé mais suis totalement épuisé par ce trajet. J'ai cependant eu de la chance car dans l'autre sens, à deux endroits différents, des camions qui avaient essayé de se doubler étaient finalement restés bloqués au milieu de l'autoroute, provoquant deux bouchons assez conséquents.

Il fait presque chaud, +14°C ! La pluie commence à tomber et cela ne va pas s'arrêter pendant 3 jours : si j'ai quitté les Rocheuses, c'était justement pour éviter l'équivalent en neige, plus de 80 cm selon la météo que je suis sur Internet plusieurs fois par jour. Pour Vancouver ils annoncent des risques d'inondation mais il n'y en aura rien. Et après la pluie, le froid annoncé arrive : -9° où je suis... ce qui se traduit par -35°C à Lake Louise ! J'ai traversé les Rocheuses juste au bon moment on dirait.

A Vancouver, je reste un mois et demi en changeant plusieurs fois d'endroits pour dormir car c'est assez dense en population et je n'arrive pas à trouver un endroit tranquille : jeunes qui viennent bruyamment discuter parfois en pleine nuit, gens qui amènent leur chien au petit matin, trains trop proches qui klaxonnent (au Canada et aux États-Unis, j'imagine que c'est une mesure de sécurité obligatoire, les trains klaxonnent systématiquement aux passages à niveau même en plein ville et en pleine nuit et on les entend parfois de très loin) ou tout simplement route plus circulée que prévue (je m'étais par exemple arrêté pas loin de l'entrée d'un parc qui fermait la nuit mais pendant deux nuits un monde incroyable passait devant moi. Je compris pourquoi lorsque je découvris une affiche annonçant le tournage dans le parc pendant 3 jours d'un épisode d'une série TV canadienne de zombies ! Une autre fois, je m'étais installé le long d'une route non goudronnée mais j'ai été réveillé à l'aurore par des véhicules de travaux publics : ils démarraient un chantier juste à côté de moi !). Je m'installe finalement dans une rue en impasse avec des terrains constructibles mais sans aucune maison et à part 2 ou 3 fois où des gens venaient y faire demi-tour j'imagine après m'y avoir vu ou parfois le klaxon d'un train porté par le vent, le coin était parfait.

Pendant cette période je souhaite faire une vidange de l'huile moteur de la voiture alors j'achète tout ce qu'il faut dès les premiers jours. Je trouve aussi un outil spécial pour détendre et remettre la courroie en place car j'ai décidé de le faire finalement moi-même. Mais la météo est trop mauvaise pendant plus d'un mois : soit il pleut, soit il fait trop froid, en dessous de zéro. C'est assez déprimant, je n'arrive à rien faire. Quand ils annoncent enfin deux jours de beau soleil, c'est presque pire car on se retrouve en fait dans un épais brouillard très humide et froid qui ne se lève pas de la journée.

Je suis impressionné par les maisons qui sont dans l'ensemble très bien illuminées pour les fêtes de fin d'année. Mais je regrette de ne pas avoir été aux États-Unis pendant cette période car j'ai entendu dire que là-bas c'était encore mieux.

Je vois aussi beaucoup d'oies sauvages qui sont descendues du grand nord et font une pause ici.

Vancouver
Cliquez ici pour charger les 5 photos
(Illuminations de Noël, fissure du pare-brise)
Mon assurance auto (qui me couvre pour les États-Unis et le Canada) arrivant à échéance et mon assureur ne proposant pas de renouvellement pour une période courte, je décide de quitter cette météo pourrie et de retourner aux États-Unis pour essayer d'y trouver un autre assureur (ici au Canada si vous vous rappelez, c'est impossible d'assurer sa voiture française).

Mais en refermant ma portière le soir du 1er janvier, mon pare-brise se fend sur près de 30 cm, sûrement à cause de la multitude de petits impacts qu'il a subie sur les routes d'Europe et d'ailleurs et de la différence de température entre l'intérieur et l'extérieur de la voiture. L'année commence fort ! Je passe beaucoup de temps à essayer d'en trouver un, j'ai plusieurs fois de faux espoirs mais il faut me faire une raison, ce modèle n'existe pas ici.

Suite à une accalmie dans les prévisions météo, je décide finalement de quitter le Canada le 10 janvier 2015 et de redescendre progressivement vers le Mexique.

J'ai vu 10 des 17 biens classés à l'Unesco pour le Canada. Outre les 3 biens que je n'ai pas vus à l'est (cf. la nouvelle du 3/09/2014), je n'aurai pas fait non plus 4 sites à l'ouest du fait de leur isolement (trois sont inaccessibles en voiture, soit sur une île soient dans des régions isolées au nord) ou de la saison (situé à la frontière avec l'Alaska).

Il est probable que je ne reviendrai jamais dans ce pays, principalement du fait des canadiens eux-même, bien que cela me gène un peu de dire cela. Outre leur côté bureaucrate à l'excès dont j'ai déjà parlé, j'ai subi beaucoup trop de sourires hypocrites avec des gens (en particulier les commerçants) qui vous arnaquaient par derrière surtout dans les parties anglophones (ce que je n'ai jamais eu aux États-Unis par exemple).

Actuellement, je suis toujours en Californie mais mon visa se termine alors je vais bientôt passer au Mexique. Il ne me reste plus qu'une nouvelle à écrire pour rattraper mon retard et mon site sera à jour.
Imprimer
DéplierÉtats-Unis d'Amérique - 5 nouvelles par monTdM du 27/09/2014 au 13/03/2015
DéplierCanada - 4 nouvelles par monTdM du 09/07/2014 au 03/09/2014

Centre et Dordogne, avant le grand saut - par monTdM le 26/06/2014

Normandie et fin de la 4ème partie - par monTdM le 23/01/2014

DéplierRoyaume-Uni et Irlande - 4 nouvelles par monTdM du 23/09/2013 au 05/01/2014

Nord de la France - par monTdM le 01/08/2013

Fin de l'Italie - par monTdM le 08/12/2012

DéplierEurope centrale - 10 nouvelles par monTdM du 16/08/2012 au 14/11/2012

De Nancy à Bayreuth en Allemagne - par monTdM le 05/08/2012

Et c'est reparti ! - par monTdM le 27/07/2012

DéplierItalie - 11 nouvelles par monTdM du 30/03/2012 au 19/06/2012
DéplierL'ex-Yougoslavie - 3 nouvelles par monTdM du 01/03/2012 au 17/03/2012
DéplierAlbanie - 3 nouvelles par monTdM du 20/02/2012 au 25/02/2012
DéplierGrèce - 7 nouvelles par monTdM du 03/02/2012 au 15/02/2012

Turquie - par monTdM le 30/01/2012

DéplierEurope de l'Est - 5 nouvelles par monTdM du 11/11/2011 au 15/01/2012
DéplierScandinavie et pays baltes - 3 nouvelles par monTdM du 18/08/2011 au 01/11/2011

Ouest de la Suisse et est de la France - par monTdM le 10/06/2011

Nouveau départ - par monTdM le 17/04/2011

DéplierEspagne et Portugal - 15 nouvelles par monTdM du 05/05/2010 au 27/10/2010

Et c'est parti ! - par monTdM le 19/04/2010

Le départ approche ! - par monTdM le 12/04/2010

 
Zone membres

Votre pseudo :

Votre mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]

Info membres
Liste des membresMembres : 17

Visiteur en ligne :Visiteur en ligne : 0

Total visites :Total visites : cpt1cpt3cpt8cpt6cpt7
Records connectés :Records connectés :
puce1Simultanés : 18

le 30/11/2015 à 20:50

puce1Sur 24h : 24

le 18/11/2016 à 12:45

Version pour mobile
Vous pouvez également accéder à ce site en version allégée avec votre PDA. Pour cela, enregistrez ce lien dans les favoris de votre mobile.
Calendrier