Entête
Rechercher
Galerie photo
Veuillez patienter,
chargement en cours
Présentation
Webmaster
Lettre d'informations
Pour avoir des nouvelles de ce site, inscrivez-vous à notre
lettre d'informations
nb : pas besoin d'être membre pour vous inscrire
S'abonner
Se désabonner
Question anti-spam :
nb1   plus   nb2   egal

news.gifNouvelles

Pour ouvrir ou fermer un regroupement de nouvelles (ligne marron clair), cliquez sur le signe '+' (ouvrir) ou '-' (fermer)
Pour ouvrir ou fermer une nouvelle (ligne marron foncé, cliquez sur son titre


DéplierAmérique du Sud - 3 nouvelles par monTdM du 03/09/2016 au 12/08/2017

Passage du Panama vers la Colombie - par monTdM le 16/06/2016

DéplierAmérique centrale - 4 nouvelles par monTdM du 09/03/2016 au 10/05/2016
DéplierMexique - 6 nouvelles par monTdM du 19/06/2015 au 28/02/2016

La zone Pacifique des États-Unis - par monTdM le 30/05/2015

Ouest du Canada - par monTdM le 02/04/2015

DéplierÉtats-Unis d'Amérique - 5 nouvelles par monTdM du 27/09/2014 au 13/03/2015
DéplierCanada - 4 nouvelles par monTdM du 09/07/2014 au 03/09/2014

Centre et Dordogne, avant le grand saut - par monTdM le 26/06/2014

Normandie et fin de la 4ème partie - par monTdM le 23/01/2014

DéplierRoyaume-Uni et Irlande - 4 nouvelles par monTdM du 23/09/2013 au 05/01/2014

Nord de la France - par monTdM le 01/08/2013

Fin de l'Italie - par monTdM le 08/12/2012

Imprimer

Dans ma précédente nouvelle, je vous indiquais que, sur les 111 villages lacustres, deux seulement étaient effectivement visibles car transformés en musées accessibles au public : le premier en Allemagne, que j'ai visité et dont je vous ai parlé, et le second en Italie. Puisque je viens d'arriver dans ce dernier pays, je regarde plus précisément cette information (que j'avais prise en photo dans le musée allemand). Je me rends alors compte que ce musée qui reconstitue aussi des maisons sur pilotis est très loin du secteur des lacs alpins et ne fait pas partie en fait des 111 localisations classées. En conclusion, ce bien de l'Unesco n'est donc visible à ma connaissance qu'à un seul endroit, donc avis aux amateurs.

Mon retour en Italie démarre par une visite de sites de gravures rupestres. Une page internet de l'Unesco en énumère un certain nombre mais avec des coordonnées GPS très mauvaises. Heureusement beaucoup sont touristiques donc assez faciles à trouver (quand d'autres sont totalement inconnus, plusieurs personnes m'ayant dit qu'il n'y avait rien chez eux, y compris des responsables d'office de tourisme).

Ici les gravures ne sont pas mises en évidence avec de la peinture (comme c'était le cas en Suède et en Norvège), elles sont brutes sur les roches. La plupart des rochers sont d'énormes blocs laissés là par les glaciations et qui affleurent au niveau du sol. L'avantage évident est qu'ils sont relativement plats ou avec une faible pente, ce qui facilitait sûrement le travail pour produire ces œuvres. Dans de rares cas, les gravures sont cependant sur des faces verticales, au pied d'une falaise ou sur un menhir.

Valcamonica1
Cliquez ici pour charger les 10 images
(Gravures du Valcamonica, 1ère partie)
Il y a deux types de gravures : les plus nombreuses ont été faites en frappant la roche, soit directement, soit par l'intermédiaire d'un outil. Cela fait des lignes très larges, parfois profondes, donc assez faciles à voir quand la lumière est bonne (et c'est le cas en ce moment, avec le soleil bas sur l'horizon ce qui favorise un jeu d'ombres dans les creux... quand il y a du soleil car parfois je ne vois strictement rien). Quelques autres ont été faites par frottements, ce qui fait des lignes très fines et très peu profondes quasiment invisibles. Dans certains cas, les 2 ont été combinés (guerrier aux traits épais tenant un arc très fin par exemple). Un certains nombre de rochers, les plus intéressants, sont accompagnés d'un panneau explicatif comprenant notamment un dessin des gravures que l'on peut observer, ce qui facilite bien leur repérage.

J'ai dit que la saison était plutôt bonne pour bien voir les gravures. Un petit bémol tout de même : les rochers sont souvent dans des bois, certains sites sont peu fréquentés (pour ne pas dire qu'il n'y avait personne) et plusieurs fois je suis obligé de passer un temps relativement long à enlever les feuilles mortes qui les recouvrent. D'autres manquent clairement d'entretien et on ne peut plus rien voir, recouverts de mousses, ronces ou même arbres qui poussent dans des fentes et qui à terme risquent de détruire les gravures.

Valcamonica2
Cliquez ici pour charger les 9 images
(Gravures du Valcamonica, 2ème partie)
Les figures représentées, qui vont de 10 000 ans jusqu'au Moyen-Age, sont très variées, comme vous pouvez le voir sur les photos que je vous ai mises.

Majoritairement, on trouve des formes humanoïdes parfois très stylisées, certaines tenant des armes (guerriers ou chasseurs). Les gravures peuvent être isolées ou combinées dans des scènes (dévotions à un Dieu, scènes de chasse ou agricoles notamment des laboures, personnages chevauchant des animaux ou en équilibristes). On trouve aussi des animaux (chiens, cerfs, chevaux, oiseaux, serpents), des armes et outils, des huttes, des pieds, des mains (rares) et parfois des écritures. On peut voir enfin des formes : croix, étoiles, carrés, grilles, roues, labyrinthes, palettes, points isolés ou regroupés et lignes diverses dont les interprétations sont parfois difficiles, et la fameuse rose camunienne qui est devenue le logo officiel de la Lombardie (vous en avez 2 photos à côté).

La taille des représentations est variable : la plupart tournent autour de 10 à 20 cm mais certaines sont très grandes (guerriers dépassant un mètre de hauteur !). Elles sont parfois disproportionnées sur deux gravures proches (cerf plus grand que la maison à côté) ou sur une même gravure (petit guerrier sur un cheval (trop) grand).

Bref, j'ai passé 8 jours de suite à traquer ces gravures et j'ai tout simplement adoré.

Je descends alors à Brescia qui contient un monastère témoignage du passage des Lombards en Italie. Le monastère en fait couvre une période beaucoup plus vaste puisque des fouilles y ont révélées des villas romaines avec fresques et mosaïques. Certaines salles du monastère ont été transformées en musée et contrairement à d'autres sites sur les Lombards que j'ai pu voir, ici les photos sont autorisées.

La croix de Didier de Lombardie Les Lombards y sont bien représentés, avec notamment une très belle église et divers objets (dont une très belle croix du pouvoir incrustée d'une multitude de pierres précieuses). L'église a cependant été beaucoup modifiée entre le XIVème et le XXème siècle, donc pas facile de repérer ce qui est spécifique à la période des Lombards. Mais elle est très belle avec énormément de fresques. Idem pour la croix du pouvoir : datée du VIIIème siècle donc en plein dans la période lombarde, elle est constituée de pierres provenant des époques romaines, lombardes et du moyen-âge (jusqu'au XVIème siècle), ce qui démontre qu'elle a été d'utilisation constante.

Je me rends ensuite à Crespi d'Adda, ville industrielle créée de toute pièce au XIXème siècle au bord de l'Adda par M. Crespi juste aux portes de son usine de filature de coton.

Crespi
Cliquez ici pour charger les 7 images
(La ville de Crespi d'Adda)
Ainsi, il a construit des maisons avec jardins pour ses ouvriers et ses cadres, une centrale thermique pour alimenter en électricité tout le village (l'un des premiers en l'Italie à avoir cette énergie), des bains publics, une école, une église, un hôpital et un cimetière. Sans oublier la maison du patron dans le style château médiéval. L'usine a cependant dû être vendue par la famille Crespi lors de la crise de 1929 et de restructuration en restructuration, elle a finalement fermé ses portes en 2002.

Les maisons (toujours habitées) sont très belles architecturalement parlant, je m'attendais à nettement moins bien. Le cimetière contient le mausolée de la famille Crespi, gigantesque dans le style Art nouveau devant lequel s'aligne les petites croix des tombes des ouvriers. Ville très étonnante et passionnante, même si l'usine depuis qu'elle a été fermée tombe en ruine (on ne peut pas la visiter).

En faisant un tour en voiture autour de l'usine pour avoir différents angles de prises de vues, je m'arrête de l'autre côté de la rivière Adda et marche le long sur un chemin très fréquenté par promeneurs, joggeurs, cyclistes. Mais à part de très nombreux cormorans, je ne vois pas grand chose de l'usine, les arbres étant un peu trop nombreux, denses et hauts.

Lorsque je reviens à la voiture garée le long d'un mur côté droit, je me rends compte que mon pneu avant-droit est à plat. En m'insérant entre la voiture et le mur, je constate alors que la vitre passager avant a été fracassée comme en Espagne ! Mais après une vérification de tous mes rangements et caches, je conclus que rien n'a été pris. Un de mes vieux téléphones a été sorti mais il est toujours là. La nuit commence a tombé donc l'urgence est de réparer mon pneu, qui a en fait deux minuscules déchirures qui semblent d'origine naturelle, à mon avis elles n'ont rien à voir avec l'infraction. Après avoir mis deux mèches, je repars et m'arrête à un hôtel qui m'indique le poste de police le plus proche. Il n'y a qu'une personne de garde qui ne parle qu'italien et qui me demande de revenir le lendemain. Je retourne à l'hôtel pour utiliser leur wifi afin de faire une déclaration à mon assurance et de repérer des réparateurs. Le lendemain, je vais déposer une plainte même si cela s'avérera totalement inutile. Puis direction Monza où je fais 4 garagistes. Un seul a la vitre mais pour le lendemain. Je me la fais livrer sur Milan qui est juste à côté et où il y a un bien classé à l'Unesco. Mais en arrivant à la succursale de cette ville j'apprends que le montant est très élevé, donc j'essaie de contacter mon assurance pour être sûr que je serai bien remboursé. Je n'y arriverai que le lendemain et ils me communiquent un numéro de téléphone en Italie. Après les avoir joints, ils me disent s'en occuper. Quand je retourne au garage, on m'annonce que je n'aurai rien à payer, même pas la franchise (en fait je devrai rembourser cette franchise par chèque plus tard, après mon retour en France). Au moment de certifier les travaux, je vois que le montant a diminué (de 15%) car avec les assureurs, ils ont des conventions me disent-ils (la facture reste cependant exactement deux fois plus chère qu'en Espagne, alors que c'est la même vitre et la même entreprise, Carglass pour ne pas les nommer).

Je profite de la durée de la réparation pour aller à pied jusqu'à une église de Milan classée à l'Unesco car contenant une fresque de la Cène peinte par Léonard de Vinci. Sur place, j'apprends cependant que la visite de la peinture située dans le réfectoire du monastère attenant à l'église est très encadrée (maximum 25 personnes tous les quarts d'heure) et qu'il y a... une à deux semaines de réservation ! Mais on me conseille de venir à 8 heures du matin au cas où il y aurait des désistements. Je visite en attendant l'église, assez belle, puis retourne récupérer ma voiture. Je cherche alors un endroit en plein Milan où passer la nuit, pas trop loin de l'église pour pouvoir être là à l'heure dite. Je m'arrête finalement dans une impasse qui mène à une usine désaffectée, la rue est complètement vide à part quelques détritus et de nombreux tags sur les murs : non, je n'ai pas peur !

Après une nuit sans soucis (même si une ou 2 voitures, sûrement des amoureux en quête d'un endroit tranquille, entreront dans la rue pour en ressortir immédiatement), je trouve une place de parking juste à côté de l'église et arrive devant la billetterie à 7h45. Il n'y a qu'une personne avant moi, j'ai donc mes chances. Puis je vois qu'en fait elle a un papier à la main, sûrement un billet pour la visite de 8 heures, je pense donc être le premier sans réservation. Quand la porte s'ouvre (ou plus précisément descend car elle s'enfonce dans le sol), la première personne va à un comptoir, moi à un autre et je peux avoir une place pour 8h30 ! Je retourne à la voiture pour prendre un petit déjeuner avant de me présenter dans la salle d'attente.

La Cène à Milan On passera par 3 sas avant d'atteindre le réfectoire et sa fameuse fresque... très abîmée au cours de l'histoire et malgré de nombreuses restaurations sûrement encore perfectible. Évidemment, avec autant de mesures de sécurité, vous aurez deviné qu'il n'était pas permis de prendre de photos... sauf d'un fac-similé exposé à la fin de la visite.

Mais ce que je retiendrai surtout, c'est que plusieurs fois j'ai parlé de cette peinture à des milanais pour savoir où elle se situait : aucun ne connaissait. Par contre, que ce soit le premier jour ou le jour de ma visite, j'ai été étonné par le nombre (ils arrivaient par cars entiers) de japonais venant la voir : "nous n'avons pas les mêmes valeurs" !

Je commence ensuite un cycle de 9 lieux à voir, tous rattachés au bien de l'Unesco "Sacri Monti" (les montagnes sacrées) et situés dans le nord de l'Italie de Turin au lac de Côme. Il s'agit à chaque fois d'un mont sur lequel des chapelles et un sanctuaire ont été élevés, représentant un chemin de foi chrétienne datant principalement du XVIème et XVIIème siècle (mais les bâtiments n'ont pas toujours été construits en même temps sur un même lieu et on peut trouver des réalisations allant du XVème au XXème siècle). Caractère commun : les chapelles contiennent des fresques et/ou des statues grandeurs natures peintes sauf exception, représentant une scène biblique (très majoritairement, la vie de Jésus). Le chemin de foi se termine dans un sanctuaire, en général une église bien décorée (mais parfois aussi un cimetière, voire des bibliothèque, hôtel, restaurant...).

Les 2 premières visites (elles sont toutes gratuites et libre d'accès) sont assez décevantes : certaines chapelles sont remplies de détritus, des fresques sont très pâles et quasiment invisibles et certaines statues sont cassées. Mais tout cela est implanté dans un paysage très sympathique.

Sacri Monti
Cliquez ici pour charger les 12 images
(Les Monts Sacrés)
Puis j'arrive à des Sacri Monti qui sont de pures merveilles, avec des chapelles aux formes très diverses et intéressantes (temples circulaires ou rectangulaires, parfois à plusieurs étages, à colonnades, etc) contenant des fresques variées, très grandes et en parfait état et des statues parfois très nombreuses (plus d'une soixantaine dans certaines chapelles). Seuls soucis, c'est souvent très sombre et il y a beaucoup de grilles/grillages/vitres ce qui rend parfois les photos impossibles. Mais à certains endroits, il y a de la lumière (allumage automatique ou via un bouton avec minuterie) et de petites ouvertures ont été réalisées exprès dans les grilles pour permettre de photographier ces chefs-d'œuvre.

Je retiendrai particulièrement le Mont Sacré de Varello (avec 45 chapelles et plus de 800 statues), celui d'Orta (plus de 900 fresques) et celui de Varèse (un chemin de croix magnifique avec des chapelles et une église grandioses).

Par contre, le Mont Sacré de la Sainte-Trinité à Ghiffa ne méritait vraiment pas le déplacement, avec seulement 3 chapelles et pratiquement aucune statue.

Monte San Giorgio
Cliquez ici pour charger les 10 images
(Le site fossilifère du Monte San Giorgio)
Juste avant de faire le 9ème site des Monts Sacrés, je m'arrête près du Monte San Giorgio, une montagne à cheval entre l'Italie et la Suisse qui est classée pour ses très nombreux fossiles. Ce qui caractérise ce site est que la période concernée est très étendue, elle couvre une grande partie du Trias (de 200 à 250 millions d'années), mais également du Permien et du Jurassique, ce qui permet de suivre l'évolution de certaines espèces au cours du temps.

Sur le mont lui-même, je n'ai rien trouvé : je me suis rendu sur un site de fouilles, abandonné actuellement mais contenant sûrement encore des fossiles intégrées aux roches. Il est évidemment interdit de procéder à des fouilles soi-même (si on tombe sur un fossile suite à un éboulement par exemple, on a l'obligation de ne pas y toucher et de le signaler), j'ai juste regardé les résidus des pierres au sol qui ne contenaient bien sûr plus rien. Je ferai par contre 3 musées et repartirai éblouis par la qualité de certains reptiles et poissons (principalement, mais il y a aussi des ammonites, coquillages divers, plantes, insectes).

Je vais ensuite voir le dernier site des Lombards, près de Torba, constitué d'un château, d'une tour et d'une église. Le château est en fait une ruine en très mauvais état et la tour, restaurée, est fermée en cette période de l'année. Seule l'église vaut vraiment le détour car elle contient une fresque datée du IXème siècle que l'on ne peut malheureusement pas prendre en photo.

Je quitte alors l'Italie après y avoir vu 46 des 47 biens classés à l'Unesco : seul celui en Sardaigne, trop éloigné des autres, m'a échappé (si on ne tient pas compte des biens visités lors de voyages effectués il y a plusieurs années dans ce pays : Venise, Pise, Florence, une partie de Rome, de Pompéi et des Dolomites).

Je repasse en Suisse, ce qui fera l'objet d'une prochaine nouvelle.
Imprimer
DéplierEurope centrale - 10 nouvelles par monTdM du 16/08/2012 au 14/11/2012

De Nancy à Bayreuth en Allemagne - par monTdM le 05/08/2012

Et c'est reparti ! - par monTdM le 27/07/2012

DéplierItalie - 11 nouvelles par monTdM du 30/03/2012 au 19/06/2012
DéplierL'ex-Yougoslavie - 3 nouvelles par monTdM du 01/03/2012 au 17/03/2012
DéplierAlbanie - 3 nouvelles par monTdM du 20/02/2012 au 25/02/2012
DéplierGrèce - 7 nouvelles par monTdM du 03/02/2012 au 15/02/2012

Turquie - par monTdM le 30/01/2012

DéplierEurope de l'Est - 5 nouvelles par monTdM du 11/11/2011 au 15/01/2012
DéplierScandinavie et pays baltes - 3 nouvelles par monTdM du 18/08/2011 au 01/11/2011

Ouest de la Suisse et est de la France - par monTdM le 10/06/2011

Nouveau départ - par monTdM le 17/04/2011

DéplierEspagne et Portugal - 15 nouvelles par monTdM du 05/05/2010 au 27/10/2010

Et c'est parti ! - par monTdM le 19/04/2010

Le départ approche ! - par monTdM le 12/04/2010

 
Zone membres

Votre pseudo :

Votre mot de passe :

[ Mot de passe perdu ? ]


[ Devenir membre ]

Info membres
Liste des membresMembres : 18

Visiteur en ligne :Visiteur en ligne : 0

Total visites :Total visites : cpt1cpt4cpt2cpt2cpt2
Records connectés :Records connectés :
puce1Simultanés : 18

le 30/11/2015 à 20:50

puce1Sur 24h : 24

le 18/11/2016 à 12:45

Version pour mobile
Vous pouvez également accéder à ce site en version allégée avec votre PDA. Pour cela, enregistrez ce lien dans les favoris de votre mobile.
Calendrier