Nouvelle - Fin de la Norvège et de la Suède, Finlande et début des 3 pays baltes

Sud de la Colombie - par monTdM le 12/08/2017
Centre de la Colombie - par monTdM le 08/08/2017
Nord de la Colombie - par monTdM le 03/09/2016
Passage du Panama vers la Colombie - par monTdM le 16/06/2016
Panama - par monTdM le 10/05/2016
Costa Rica - par monTdM le 21/04/2016
Honduras, fin du Guatemala, Salvador et Nicaragua - par monTdM le 25/03/2016
Belize et début du Guatemala - par monTdM le 09/03/2016
État du Chiapas et péninsule du Yucatán - par monTdM le 28/02/2016
États de Veracruz, Hidalgo, Mexico, District Fédéral, Morelos, Puebla et Oaxaca - par monTdM le 14/12/2015
États de Guanajuato, Michoacán et Querétaro, principalement - par monTdM le 31/10/2015
États de Durango, Zacatecas, Jalisco et Aguascalientes - par monTdM le 23/08/2015
Basse-Californie - par monTdM le 23/06/2015
Au nord de la mer de Cortez - par monTdM le 19/06/2015
La zone Pacifique des États-Unis - par monTdM le 30/05/2015
Ouest du Canada - par monTdM le 02/04/2015
Yellowstone et Waterton-Glacier - par monTdM le 13/03/2015
Parcs en Utah - par monTdM le 09/01/2015
Début en Utah et Grand Canyon - par monTdM le 22/12/2014
Pour commencer à l'ouest et grosse panne - par monTdM le 15/10/2014
Est des États-Unis - par monTdM le 27/09/2014
Est du Canada - par monTdM le 03/09/2014
A l'ouest de Montréal - par monTdM le 11/08/2014
Voiture, enfin te voilà ! - par monTdM le 04/08/2014
Arrivée au Canada - par monTdM le 09/07/2014
Centre et Dordogne, avant le grand saut - par monTdM le 26/06/2014
Normandie et fin de la 4ème partie - par monTdM le 23/01/2014
Sud-ouest de l'Angleterre et second passage à Londres - par monTdM le 05/01/2014
Pays de Galles et environs - par monTdM le 07/11/2013
Irlande du Nord et Irlande - par monTdM le 07/10/2013
Nord de la Grande-Bretagne - par monTdM le 23/09/2013
Ouest (et fin) de la Belgique et est de l'Angleterre - par monTdM le 15/08/2013
Nord de la France - par monTdM le 01/08/2013
4ème départ, fin de la Suisse et centre de la France - par monTdM le 26/07/2013
Point d'étape, pendant ma longue pause en France - par monTdM le 18/02/2013
Encore un peu de Suisse pour finir cette troisième partie de mon voyage - par monTdM le 10/01/2013
Fin de l'Italie - par monTdM le 08/12/2012
Finalement encore un peu d'Allemagne et est de la Suisse - par monTdM le 14/11/2012
Modification du site - par monTdM le 08/11/2012
Fin de l'Autriche et fin de l'Allemagne - par monTdM le 25/10/2012
Amélioration du site - par monTdM le 15/10/2012
Sud-ouest (et fin) de la Hongrie - par monTdM le 12/10/2012
Fin de la République Tchèque, début de l'Autriche - par monTdM le 01/10/2012
Fin (provisoire) de l'Allemagne, sud-ouest (et fin) de la Pologne et début de la République Tchèque - par monTdM le 18/09/2012
Allemagne : de Potsdam à Neubrandenbourg - par monTdM le 07/09/2012
Allemagne : de Hildesheim à Potsdam - par monTdM le 27/08/2012
Allemagne : de Bayreuth à Hildesheim - par monTdM le 16/08/2012
De Nancy à Bayreuth en Allemagne - par monTdM le 05/08/2012
Et c'est reparti ! - par monTdM le 27/07/2012
Fin (provisoire) de l'Italie et retour chez moi - par monTdM le 08/07/2012
De Naples à Sienne - par monTdM le 19/06/2012
Remontée jusqu'à Naples - par monTdM le 09/06/2012
Sicile, suite - par monTdM le 28/05/2012
Sicile - par monTdM le 18/05/2012
Castel del Monte, Alberobello et Matera - par monTdM le 06/05/2012
Ravenne, Saint-Marin, Urbino et Assise - par monTdM le 29/04/2012
Mantoue, Sabbioneta et Ferrare - par monTdM le 21/04/2012
Vérone - par monTdM le 13/04/2012
Padoue, Vicence et Vérone - par monTdM le 10/04/2012
Dolomites - par monTdM le 04/04/2012
Pizza, pasta et risotto - par monTdM le 30/03/2012
Fin de la Croatie, Slovénie, nord-est de l'Italie - par monTdM le 27/03/2012
Croatie, suite - par monTdM le 17/03/2012
Fin du Monténégro, puis Croatie et Bosnie - par monTdM le 08/03/2012
Monténégro - par monTdM le 01/03/2012
J'ai failli y aller (en Macédoine) - par monTdM le 25/02/2012
Canyon, puis Berat - par monTdM le 24/02/2012
Début de l'Albanie - par monTdM le 20/02/2012
Corfou, et fin de la Grèce - par monTdM le 15/02/2012
Météores - par monTdM le 13/02/2012
Delphes - par monTdM le 12/02/2012
Athènes - par monTdM le 08/02/2012
Vergina - par monTdM le 07/02/2012
Thessalonique et Vergina, ou presque - par monTdM le 06/02/2012
Arrivée en Grèce - par monTdM le 03/02/2012
Turquie - par monTdM le 30/01/2012
Bulgarie - par monTdM le 15/01/2012
Formidable Roumanie - par monTdM le 05/01/2012
Bonne année ! - par monTdM le 31/12/2011
Slovaquie, nord et est de la Hongrie - par monTdM le 29/11/2011
Circuit en Pologne - par monTdM le 11/11/2011
Fin de la Lituanie - par monTdM le 01/11/2011

Fin de la Norvège et de la Suède, Finlande et début des 3 pays baltes - par monTdM le 29/09/2011
Les îles Lofoten sont "la" destination touristique de la Norvège : je le constaterai sur le ferry puis plus tard sur la route avec la présence de nombreux camping-cars mais également de personnes à pied ou à vélo (peu). Egalement du fait qu'ici beaucoup de choses sont payantes quand ailleurs c'est gratuit : les accès à Internet, la plupart des parkings où démarrent des pseudo-randonnées. Je dis pseudo car je n'ai pas réussi à trouver de cartes de randos au format papier ou sur des panneaux d'information (comme j'en ai vus sur les îles Vega ou dans la zone des plus hauts sommets de Norvège à l'ouest de Lom) et sur place il est très difficile de trouver des chemins vraiment marqués (d'ailleurs le site d'Allibert trekking déclare "les sentiers, quand ils existent, sont “rustiques”, dans des pentes parfois raides. Et quand on marche, il faut souvent choisir entre regarder ou bien ses pieds, ou bien le paysage"). Ceci expliquant peut-être cela, je croiserai de nombreux randonneurs marchant le long des routes (pour ne pas dire sur la route), alors que les paysages inviteraient à être partout sauf là.

Henningsvær Le lendemain de mon arrivée sur ces îles, le ciel est à nouveau couvert et quelques gouttes de pluie m'accompagneront toute la journée ainsi que le lendemain. Les villages de pêcheurs sont un enchantement. J'en ai déjà vu beaucoup, mais là ils s'insèrent dans un paysage mi-rocheux/mi-prairie de type alpin, c'est magnifique. Les sommets des différentes îles forment un ensemble impressionnant, avec par exemple des cirques ou des vallées débouchant directement sur la mer. Enfin, on peut trouver de belles plages de sable blanc, pour les amateurs.

J'arriverai à effectuer 2 petites ascensions libres, c'est-à-dire sans suivre de traces réelles (plutôt des passages créés par des moutons qu'autre chose).

En résumé, malgré un temps assez médiocre, des îles qui méritent largement leur réputation.

Je quitte les Lofoten le 4e jour sous la pluie et monte en direction d'Alta : la route est très belle, avec des fjords (évidemment) mais également de nombreux sommets avec glaciers. La Norvège, cela ressemble vraiment énormément aux Alpes (j'ai habité 3 ans à Chamonix) où on aurait rempli tout ce qui se trouve en dessous de 1500/1800 mètres avec la mer. J'adore !

Øksfjordjøkelen A un moment donné, je suis obligé de m'arrêter car il y a un aigle posé sur la route. J'ai le temps de le prendre en photo avant de m'approcher très près avec la voiture : il se met alors à sautiller en ouvrant les ailes, apparemment il a été blessé, sûrement par un véhicule.

Ce jour-là je suis un peu au zoo : j'avais vu peu avant cet aigle de nombreux rennes, en fin de journée encore des petits rongeurs type marmottes mais surtout des dauphins dans le fjord qui mène au glacier Øksfjordjøkelen (un splendide glacier que j'ai pu observer d'en dessous mais également du dessus après deux belles randonnées l'une jusqu'à son pied l'autre sur un sommet juste en face).

Les gravures rupestres d'Alta sont un peu le pendant norvégien des gravures suédoises de Tanum (sauf qu'ici c'est payant). Cinq zones ont été classées mais une seule est accessible au public, les autres n'étant visibles que sous forme photographique dans un musée car très fragiles, elles sont maintenant protégées par de grandes bâches contre les pluies polluées.

Les gravures sont comme en Suède magnifiques (beaucoup ont également été peintes pour les rendre visible), il y a peu de bateaux mais beaucoup de rennes et d'élans, avec des représentations inédites d'animaux parqués ou de femelles enceintes ainsi que des ours, cormorans, poissons, baleines, grenouilles ou lapins. Il y a aussi des représentations humaines, parfois chassant, parfois pêchant au filet ou à la ligne, parfois à skis. Les gravures sont innombrables, l'une des zones protégées contient par exemple un rocher avec pas moins de 1 500 représentations différentes. Cette visite restera longtemps gravée dans ma mémoire (oui, je sais, c'était facile ;).
Ours, rennes, élans, chasseurs

Après Alta, je monte sur Hammerfest pour voir le point le plus au nord des 34 points retenus au patrimoine mondial de l'arc géodésique de Struve, du nom de l'astronome russe qui passa presque 40 ans de sa vie à mesurer un long segment de méridien, depuis Hammerfest jusqu'à la mer Noire. Pour la 1ère fois je dépasse le 70° nord et les 20 à 30 derniers km, c'est troupeaux de rennes sur troupeaux de rennes. Certains paressent tranquillement sur la route m'obligeant plusieurs fois à m'arrêter. La ville d'Hammerfest n'a pas grand intérêt, à part ce point de l'arc de Struve représenté par une sculpture de la Terre en haut d'une colonne.

Je redescends alors un peu pour prendre la route incroyablement belle du Cap Nord. Ce dernier est en fait le nom du sommet d'une falaise qui domine la mer de 300 mètres. Mais je vais de surprise en surprise pour constater le triple mensonge de ce fameux cap, supposé être le point continental le plus au nord de l'Europe : tout d'abord, ce point n'est pas sur le continent mais situé sur une île qu'on reliait auparavant avec un ferry et depuis peu par un tunnel sous-marin de 7 km de long (dit en passant, le plus cher de Norvège 38 euros l'aller-retour en voiture). Ce premier mensonge est d'autant plus marqué qu'il y a d'autres îles plus au nord faisant partie de la Norvège donc de l'Europe (par exemple l'île de Svalbald qui est tout aussi habitée), alors pourquoi s'arrêter à celle-là ? Deuxième mensonge, le site est privatisé, dit autrement, il vous faudra payer plus de 30 euros par personne pour pouvoir y accéder. Et aucune information à l'amont, c'est au bout de presque 30 kilomètres de route que vous aurez le 1er panneau vous indiquant que c'est payant, 500 mètres avant le "péage". Je me suis arrêté juste avant et ai marché près du site mais à l'extérieur de la zone privatisée, donc je ne suis pas allé officiellement au "Cap Nord"...

Le Cap Nord, vu du point le plus au nord... Mais j'ai fait mieux.

Car troisième mensonge, le pire selon moi : le Cap Nord n'est en fait pas le point le plus au nord de l'île ! Le "vrai" nord est situé à quelques kilomètres à l'ouest, accessible uniquement à pied après une rando de près de 9 km, rando que j'ai évidemment faite.

Bref, un attrape-touristes magnifique car le Cap Nord enregistre officiellement plus de 200 000 visiteurs annuellement. Pourquoi se priver de les faire payer quand ils sont si nombreux à accepter cette triple arnaque ?

Je quitte la Norvège pour la Suède (avec une traversée très rapide d'un bout de la Finlande), tout d'abord vers la Laponie, puis vers Luleå. En cours de route, les panneaux "attention rennes" sont remplacés par des "attention moutons"... et je croise justement quelques uns de ces animaux sur la route. Je m'arrête pour voir des trolls (rochers y ressemblant un peu), puis un ancien hôpital de la seconde guerre mondiale (il ne reste pas grand chose) et enfin un musée Sámi (peuple du nord) fermé mais il y a quelques panneaux explicatifs à l'extérieur. A la recherche d'un endroit pour dormir, je tombe sur un renard, très haut sur pattes (sûrement une espèce adaptée à la neige) qui fait les poubelles d'une aire d'arrêt. Il commence à faire sombre, il est difficile de le prendre en photo alors je sors de la voiture et il me regarde sans s'enfuir, peut-être un peu habitué aux hommes s'il a l'habitude de se nourrir là. Il n'arrête cependant pas de se déplacer et mes photos seront un peu floues mais acceptables.

Je fais un crochet pour aller voir un autre point de l'arc de Struve, un sommet facile d'accès mais difficile à trouver sans GPS car très mal indiqué. La route est particulièrement mauvaise et au passage d'un des nombreux trous, j'entends un grand bruit : après un arrêt chez un garagiste, rien de grave, c'est une attache de la barre stabilisatrice qui a cassé. Selon lui, c'est une casse "normale" car l'eau stagne à un endroit et la rouille avec le temps (170 000 km) attaque cette zone, la fragilisant. Et effectivement on peut voir que c'est beaucoup plus étroit à l'endroit de la rupture. Il me dit que je peux rouler ainsi sans problème et ce sera effectivement le cas jusqu'à un garage Toyota qui me remplacera rapidement la pièce lorsque je serai en Finlande 3 jours plus tard.

Je retente d'accéder à la région de Laponie classée à l'Unesco mais cette fois-ci depuis le bon côté c'est-à-dire depuis la Suède (voir nouvelle précédente). Elle a été classée du fait que c'est une zone quasiment vierge de toute civilisation qui fut habitée uniquement par des nomades (les Lapons).

Le parc national de Sarek, en Laponie Avec seulement 2 routes pour y accéder (impasses de plus de 100 km de long chacune), la région est constituée de parcs nationaux et de réserves naturelles. Les sites les plus intéressants sont difficiles d'accès car nécessitant 2 ou 3 jours de marche en totale autonomie : un "into the Wild" scandinave en quelque sorte. Ce n'est pas du tout le genre de choses que je fais habituellement (je ne l'ai fait qu'une fois et j'en ai un mauvais souvenir), alors j'ai l'intention de me contenter des vues depuis la route.

Quand j'arrive presque à l'extrémité d'une des 2 routes, pas de chance, les nuages masquent tous les sommets environnants. Je reviens un peu en arrière pour trouver où passer la nuit. Le lendemain matin, c'est en grande partie dégagé et je peux voir de loin quelques uns des glaciers, ceux tournés vers moi, très peu comparés à la centaine répertoriée dans cette zone. Je fais également une petite balade jusqu'à de jolies cascades. Je repars pas trop déçu car je m'attendais à cela.

Je finis la Suède avec l'ancienne ville de Luleå (Gammelstad). Le soir de mon arrivée sur place, j'ai du mal à trouver un endroit pour dormir car c'est très peuplé (cela change du grand nord), ce qui signifie également des routes avec un fort trafic. Or les forêts sont constituées de grands arbres où le feuillage est uniquement en hauteur et avec des troncs qui ne masquent évidemment pas le bruit routier. Après plusieurs tentatives de bivouacs, j'avoue qu'un léger désespoir m'envahissait jusqu'à ce que j'aperçoive d'un seul coup dans la pénombre 2 élans au bord de la route en train tranquillement de paître. Je m'arrête à leur niveau ce qui évidemment ne peut que les faire fuir puis essaie de les suivre à pied mais je les ai perdus définitivement. Mes photos seront hélas complètement ratées, beaucoup trop sombres à part une où on "devine" les 2 élans (photo prise à 1 600 ISO donc avec un bruit très important). Ce seront les derniers élans que je verrai pendant ce voyage. Content d'en avoir vus, mais un peu déçu de ne pouvoir vous montrer quelque chose de qualité.

Gammelstad, son église et quelques maisons Gammelstad est classée car c'est une ville-église : un peu plus de 400 maisons autour d'une église, maisons qui étaient vides la plupart du temps et servaient uniquement à accueillir les fidèles venant de loin qui ne pouvaient faire l'aller-retour en une seule journée. Aujourd'hui, la ville est en grande partie habitée mais il reste encore quelques maisons d'accueil. Le village est assez joli, avec des maisons très uniformes constituant un bel ensemble.

Je repasse maintenant en Finlande. La frontière est entre 2 villes accolées et je ne me rends compte que je suis de l'autre côté qu'en voyant une station service avec des prix en euro (la Finlande utilise la monnaie unique mais pas la Suède). Je m'arrête pour manger et constate alors sur une horloge murale que j'ai changé d'heure : premier pays avec un décalage (d'une heure) depuis que je suis parti en avril. Je recherche un endroit avec Internet et en surfant je vois que je suis à moins de 10 km d'un autre point de Struve, situé sur le clocher d'une église. Sur place, le panneau annonce que du clocher on peut voir le précédent point (le principe était de mesurer la longueur du méridien choisi par Struve de point en point, ce qui nécessitait évidemment que de chacun des points il puisse voir au minimum le précédent. Mais à l'Unesco, il n'y a de classer que 34 points sur les plus de 250 initiaux car beaucoup ont disparu et très peu se suivent directement). Je ne peux monter au clocher, je décide donc de revenir en Suède pour tenter de voir le clocher depuis l'autre site.

Il est difficile à trouver, non fléché, sur un sommet entouré d'arbres (ce qui n'est pas de bon présage) et je tourne autour sans trouver la piste forestière qui y mène.

Un des points de Struve Je m'arrête dans une ferme, le propriétaire ne parle pas anglais (ce qui est exceptionnel pour un Suédois) mais j'arrive à me faire comprendre et il me dessine une carte dans la poussière de la cour pour m'indiquer le chemin, puis il prend un bâton et le tient verticalement sur le sol, me montre le sommet et me dit 'blue'. Je le remercie puis emprunte une première route qui s'arrête à l'entrée d'un champ.

Le second essai est le bon : la piste est en mauvais état (pierres, racines, boue) et je vais très lentement car je n'ai toujours pas réparé la voiture. J'arrive finalement en pleine forêt près d'un petit sentier marqué par des piquets à l'extrémité bleue mais également de grands poteaux en bois avec le logo de l'Unesco. Un léger renfoncement permet de garer la voiture et après 10/15 minutes à pied, interrompues par des photos de nombreuses grues cendrées qui passent au dessus de moi, j'arrive au fameux point, au milieu de nombreuses pierres, sûrement des moraines. Hélas, les arbres, comme je le craignais, même s'ils sont assez peu denses, masquent la direction de l'église.

De retour à la voiture, je constate qu'il se fait tard et le lieu est si isolé que je décide d'y passer la nuit. Pas si isolé que cela, je suis réveillé en pleine nuit par une voiture qui me passe devant puis, avant de me rendormir, j'entends des détonations : très certainement des chasseurs.

Le lendemain, je franchis à nouveau la frontière au même endroit que la veille (et je la vois cette fois, elle est délimitée par un grand poteau indiquant "Suomi", mot finlandais pour désigner la Finlande) et poursuis ma route jusqu'à la première grande ville où je pense trouver un garage Toyota. Après m'être renseigné (et avoir constaté que les finlandais, c'est comme les français avec l'anglais, peu le parlent), je le trouve facilement. Ils ont la pièce mais ne peuvent faire la réparation que le lendemain. Je patiente sur Internet dans un bar de la ville.

L'archipel de Kvarken Après la réparation (et une vidange), direction l'archipel de Kvarken qui est la version finlandaise de la Haute Côte suédoise (voir la nouvelle précédente). Ici, pas de falaises et/ou sommets, les terres remontent de plus profond (à la vitesse de 8 mm par an) et donc ce sont des îles qui apparaissent petit à petit et s'assemblent au fur et à mesure. Les paysages sont plutôt plaisants et je fais une petite randonnée dans une zone protégée où j'aperçois quelques hérons, canards et autres.

Le lendemain, je finis le tour de l'île principale de l'archipel avec une autre rando sans grand intérêt, puis direction plein sud vers Rauma.

A Rauma, il y a 2 sites classés : un ancien site funéraire de l'âge de bronze où il y a de nombreux tumulus, certains de taille très impressionnante, et l'ancienne Rauma, vieille ville avec de belles maisons en bois très bien conservées et restaurées. J'ai beaucoup aimé ces 2 endroits.

L'étonnante voûte de l'église de Petäjävesi Je remonte alors vers le nord-est, direction la splendide église en bois de Petäjävesi. Elle est censée n'être ouverte au public que jusqu'à la fin août mais des affiches sur place prolongent cela jusqu'à la mi-septembre uniquement l'après-midi, au moment où j'arrive. Il y a peu de monde et l'homme au guichet, qui ne parle aucune langue que je comprenne, au moment où je vais quitter l'église alors que j'étais le dernier à la visiter, me fait signe et m'invite à monter dans le clocher : il n'est pas éclairé et mon guide a juste une lampe torche qu'il utilise plus pour lui-même que pour moi, alors l'ascension se fait pratiquement dans le noir. Arrivé en haut, il ouvre un battant pour apporter de la lumière, puis sonne une des cloches qui résonne longuement. Je prends quelques photos, le remercie et il faut redescendre : on aperçoit des touristes approchant de l'église.

Le temps qui était pluvieux depuis le début de la journée se découvre, quelques rayons de soleil tombent juste sur l'église ce qui me permet de faire quelques beaux clichés avant de repartir vers le sud.

Après un arrêt et une petite rando sur un des points de Struve dans la région des lacs (la Finlande mérite bien son surnom du pays des 1 000 lacs, il y en a dans le secteur plus que de terre), rando où je rencontre pour la première fois d'autres randonneurs visitant un de ces points et où je peux entendre et voir un beau pic frappant avec énergie contre un arbre (j'en verrai beaucoup d'autres par la suite), j'arrive à Verla, classé pour son usine de traitement du bois et de fabrication de carton.

L'ancienne usine de fabrication de cartons à Verla Elle a fermé dans les années 60 et a été transformée en musée. Il est encore ouvert mais j'ai de la chance car la fermeture hivernale au public est prévue 2 jours plus tard. Il y a des visites avec un guide en français mais elles sont rares et justement une visite est en cours avec un couple. Je m'incruste, même si cela me fait rater la 1ère moitié. A la fin, il est prévu que j'intègre une visite normale en finlandais pour voir le début. Mais je suis seul, alors je commence par visionner un film explicatif en français. A la sortie, des finlandais sont là pour une visite mais comme ils doivent voir le film, le guide me refait gentiment la 1ère partie en français pour moi tout seul, sympa !

L'usine est en très bon état, remplie des machines de fabrication de cartons (interdiction de prendre des photos à l'intérieur), la visite était vraiment passionnante. Décidément les sites classés à l'Unesco en Finlande méritent d'être vus.

Les routes finlandaises sont assez larges et bien qu'il n'y ait officiellement que deux voies, les gens roulent en général complètement serrés à droite ce qui permet aux plus rapides de passer au milieu. C'est assez dangereux quand on ne connait pas car si on roule normalement on peut se retrouver avec une voiture presque en face de soi roulant sur la signalisation horizontale et plusieurs fois je dois me déporter sur la droite rapidement car un peu tardivement.

Avant de rejoindre Helsinki, je m'arrête une dernière fois pour voir un nouveau point de Struve. Le sentier est assez dangereux car il a plu, on passe sur de grandes masses rocheuses humides très glissantes (pour mes chaussures) et je dois emprunter de multiples détours dans les herbes. Le point domine encore un des nombreux lacs du secteur.

Je m'arrête pour surfer sur Internet dans un bar branché. Une mise à jour Windows m'est proposée peu après la connexion, je l'accepte sans imaginer que c'était une fausse mise à jour qui essaie d'installer sur mon ordinateur deux fichiers contenant des virus ! Heureusement, mon anti-virus les détectera immédiatement, je supprime les 2 fichiers avant tout dégât et quitte le bar passablement scandalisé.

La cathédrale orthodoxe Ouspenski L'île forteresse d'Helsinki, classée et qui s'enorgueillit de plus de 700 000 visiteurs par an, ne m'a pas enthousiasmé : bâtiments plutôt laids et en mauvais état, fortifications assez simples, cela ne vaut pas du Vauban.

Un tour dans Helsinki me décevra encore plus : à part une cathédrale orthodoxe, le reste est très insipide, avec notamment une cathédrale luthérienne néoclassique sans grand intérêt, surtout son intérieur, selon mes goûts.

Je resterai deux jours sur Helsinki dont un dans un bar où un finlandais m'accostera pour me parler de l'état du monde. Le lundi, je vais à l'ambassade de France pour voir si quelque chose est possible vis-à-vis de mon passeport volé à Barcelone que je n'ai pas encore refait. Car je souhaite me rendre à Saint-Pétersbourg, juste à côté, et mes parents doivent y aller en voyage organisé dans moins d'une semaine. Le consulat ne peut malheureusement rien faire mais un couple de français m'indique qu'il y a des croisières organisées depuis Helsinki pour la ville russe où une simple carte d'identité suffit. Je n'y crois pas trop mais tente le coup en allant sur le port où on me confirme qu'un passeport est indispensable. Un peu déçu de ne pas avoir prévu cette petite virée avant de quitter la France, ce qui m'aurait permis de rajouter cette magnifique ville classée à l'Unesco à mes visites mais aussi de faire la bise à mes parents à plus de 2 000 km de chez nous.

Murailles autour de la vieille ville de Tallinn La traversée en ferry jusqu'à Tallinn, capitale de l'Estonie, est assez chère (surtout que je dois payer une surtaxe du fait de la hauteur de ma voiture) et variable en fonction du jour et de l'heure, donc j'attends une journée supplémentaire le bon moment. L'attente se fait dans le hall de la compagnie de ferry où je peux me connecter à Internet, l'ordinateur sur les genoux pour pouvoir bénéficier d'une prise de courant. Le ferry qui précède le mien est en plein après-midi et il y a des musiciens dans le hall pour les passagers. Tout redeviendra calme dès le départ de cette traversée car il n'y a rien pour la mienne. J'embarque vers 21 heures et arrive à Tallinn à presque minuit mais je n'ai pas trop de mal à trouver un champ un peu à l'écart de la ville pour y passer la nuit.

Le lendemain, visite du centre historique, classé et beaucoup mieux qu'Helsinki. Il y a énormément de touristes espagnols. D'ailleurs la documentation sur la ville est écrite entre autres dans cette langue (et étonnamment également en italien, mais pas en français !). La visite de la ville est ponctuée par plusieurs trombes d'eau et cela me désespère un peu, surtout que cela fait déjà plusieurs jours que j'ai pas mal de pluie.

Je descends alors en direction de la Lettonie pour aller visiter Riga. Le temps est toujours aussi médiocre, les routes sont souvent en très mauvais état malgré de nombreux travaux en partie financés par l'Europe.

La ville de Riga est classée du fait d'une concentration impressionnante d'immeubles de la fin du XIXe-début du XXe siècle de type Art nouveau. Une documentation en français permet de faire le tour de la ville que je ferai sur 2 jours non consécutifs (entre les deux une journée est particulièrement catastrophique au niveau météo). La brochure décrit les bâtiments les plus remarquables qui ont justifié le classement à l'Unesco. Elle parle aussi de vieilles maisons en bois, hors Unesco, mais elles sont en fait peu nombreuses, pas dans le centre ville et en très mauvais état pour la plupart. Malgré ce dernier point, j'ai vraiment adoré cette ville.
Une belle façade Art nouveau à Riga

Je descends ensuite vers la Lituanie, pour voir l'isthme de Courlande, avancée de terre entretenue depuis plus d'un siècle pour empêcher l'érosion de la côte, avec notamment la création de dunes et la plantation de forêts. L'isthme est en fait coupé en deux, la partie sud faisant partie d'une enclave russe. La partie nord fait tout de même une cinquantaine de kilomètres de long. Les paysages sont plutôt classiques et un peu monotone à la longue. Je dormirai 2 nuits sur place. Le deuxième jour le soleil est de retour, il fait presque chaud et je me prélasse sur une belle plage de sable blanc avant de me décider à repartir en voyant arriver des nuages à l'horizon.

Direction plein est pour le site archéologique de Kernavė. Je m'arrête une journée dans un endroit calme pour faire une lessive. Petite frayeur le soir en voulant faire démarrer la voiture pour remettre en route mon frigo (le soleil de la journée l'ayant péniblement maintenu à la température voulue) : au démarrage, un silence de plomb, les batteries semblent à plat. J'éteins vite toutes les lumières, débranche tout et sors mes lampes à piles. Le lendemain matin, j'imagine tous les plans possibles pour pouvoir repartir : pousser la voiture mais il n'y a aucune pente, seul c'est impossible et il va falloir que je trouve du monde. Ou aller avec mes câbles de démarrage chercher de l'aide dans un petit village traversé en arrivant là, en espérant arriver à me faire comprendre. Après le petit déjeuner, je fais une tentative à tout hasard et ô miracle, un petit sursaut de la fée énergie permet au moteur de démarrer. Je pense que cela venait de la nuit précédente où j'avais laissé l'ordinateur branché jusqu'au petit matin sur les batteries de la voiture pour faire une sauvegarde complète de mon disque dur sur un disque amovible, ce que je n'avais pas fait depuis mon départ.

Pour passer le temps, dans un bon petit resto A Kernavė, seulement 18 kilomètres plus loin, le musée est fermé pour cause de restructuration et sur place, à part 4 collines-forts qui ressemblent à n'importe quelle colline, il n'y a rien à voir.

Je mange dans une excellent petite auberge pour presque rien.

Petite angoisse au moment de démarrer : tout va bien, la voiture repart comme si tout était redevenu normal. Je suis alors mon GPS pour aller voir encore un point de Struve, accessible en voiture celui-là.

Le lendemain me voilà à Vilnius, capitale de la Lituanie, où je me suis arrêté quelques jours pour mettre à jour mon site.

A suivre : visite de son centre historique, classé à l'Unesco, puis passage en Pologne où là plusieurs routes s'offrent à moi : descendre vers le sud de l'Europe en restant à l'est (Slovaquie, Hongrie, etc, pays que je connais déjà un peu pour certains) ou revenir vers l'ouest (vers Berlin), j'hésite encore. Peut-être les deux en zigzaguant ?

Fin du Danemark, début de la Suède et de la Norvège : au delà du cercle polaire - par monTdM le 18/08/2011
Est de la Belgique, Pays-Bas, nord-ouest de l'Allemagne, début du Danemark - par monTdM le 15/07/2011
Ouest de l'Allemagne, est de la France, Luxembourg, est de la Belgique - par monTdM le 19/06/2011
Ouest de la Suisse et est de la France - par monTdM le 10/06/2011
Nouveau départ - par monTdM le 17/04/2011
Pyrénées espagnoles, Andorre, France et fin provisoire - par monTdM le 28/11/2010
Nord du Portugal, nord de l'Espagne... et bientôt de retour - par monTdM le 27/10/2010
D'Alcalá de Henares à Salamanque - par monTdM le 23/09/2010
Aranjuez et Alcalá de Henares - par monTdM le 02/09/2010
De Cáceres à Aranjuez - par monTdM le 26/08/2010
Mérida et Cáceres - par monTdM le 16/08/2010
Premier passage au Portugal puis retour en Espagne - par monTdM le 11/08/2010
De Séville à Zafra, pas loin du Portugal - par monTdM le 01/08/2010
De Ronda à Séville - par monTdM le 26/07/2010
De Cuenca à Ronda - par monTdM le 21/07/2010
De Tarragone à Cuenca - par monTdM le 04/07/2010
Petite pause à Cuenca - par monTdM le 16/06/2010
De Barcelone à Tarragone - par monTdM le 03/06/2010
Je repars de Barcelone - par monTdM le 29/05/2010
La Catalogne - par monTdM le 29/05/2010
Arrivée à Barcelone - par monTdM le 05/05/2010
Mes 5 premiers sites de l'Unesco... en France - par monTdM le 04/05/2010
Et c'est parti ! - par monTdM le 19/04/2010
Le départ approche ! - par monTdM le 12/04/2010

upHautup


Site propulsé par GuppY - © 2004-2011 - Licence Libre CeCILL
Document généré en 0.037 seconde